Pourquoi doute-t-on toustes, un jour ou l'autre, de notre orientation sexuelle ?

Noa Gonzo Rombo 10 juin 2022

Rien n'est jamais figé dans la vie, y compris la sexualité, c'est quelque chose que l'on questionne souvent et qui peu (parfois) nous poser quelques tracas. D'ailleurs, il est tout à fait normal de, un jour ou l'autre, questionner sa sexualité.

Aussi loin que vous pouvez vous en souvenir, votre sexualité n'a jamais été l'objet de question. Depuis la plus tendre enfance, vous êtes attirée par les femmes et ce n'est un secret pour personne. Plus encore, il semble que vos proches savaient avant vous que vous étiez lesbienne, un coming-out aurait donc été inutile tellement votre orientation sexuelle était claire pour tous.
Mais ça, c’était avant de rencontrer celui qui a bouleversé sans aucun ménagement votre vie. C'est un peu cliché on vous l'accorde, mais telle une tornade, il est arrivé et a retourné toute cette identité sexuelle que vous aviez passé des années à bâtir.
Vous qui étiez indifférente à la vue d'un bel homme, ne rêvez plus que de lui de jour comme de nuit. Vous vous êtes même surprise à prier pour qu'il soit hétérosexuel.

Si vous êtes enchantée de ce nouveau crush, il faut avouer que vous avez du mal à vous y accommoder. Toute votre vie, vous étiez persuadée d'avoir une sexualité claire et précise. Et même si vous savez que la sexualité n'est qu'un spectre, vous ne vous êtes jamais sentie concernée par ce genre de problématiques.

Ça tombe bien, aujourd'hui on parle d'orientation sexuelle !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

La sexualité est un spectre, pas une catégorie !

On n'a cessé de le dire ces dernières années : la sexualité n'est pas une boîte unique dans laquelle on se range. Une étude américaine a d’ailleurs conclu que les personnes hétérosexuelles à 100% n'existaient pas et qu'au contraire la sexualité évoluait à la manière d'un spectre. Comment est-ce possible ? On vous explique. Durant leurs expériences, les chercheurs ont analysé les réactions de personnes qui s'identifiaient comme purement hétérosexuelles face à différents contenus pornographiques.

Dilatation des pupilles, signes d'excitation sexuelle… Les analyses étaient formelles : les femmes étaient autant excitées par des contenus hétérosexuels que par des contenus homosexuels. Pareil pour les hommes. Ainsi, Ritch C. Savin-Williams, auteur principal de l’étude, affirme : "Nous sommes donc capables de montrer physiologiquement que tous les hommes ne sont pas soit gays, soit hétéros, soit bis".

On vous entend déjà arriver avec vos gros sabots en hurlant que l'excitation sexuelle relève du mécanisme physiologique, mais aussi que ce n'est pas parce que vous êtes physiologiquement excité par un contenu justement créé à ces fins, que vous êtes bisexuel, homosexuel, etc. Attention, ce n'est pas ce qui est dit. Ce que l'étude affirme, c'est donc que l'orientation sexuelle n'existe pas dans la nature. Les humains ne sont pas "naturellement" attirés par telle ou telle chose. Ils sont seulement sexuellement attirés et ce peu importe l'objet de leur attirance.

Votre sexualité peut être influencée par des éléments extérieurs

La sexualité ne serait donc pas "naturelle", "innée", mais bien liée à d'autres facteurs ? Allez, ne soyons pas timides ! La sexualité est une construction sociale ! Voilà, c'est dit ! Là aussi, attention, on ne dit pas que les personnes qui s'identifient à 100% hétérosexuelles sont des victimes du poids de la société. Pour rappel, le but ici est de comprendre pourquoi il est possible et normal de douter de sa sexualité. Reprenons donc. Si des facteurs extérieurs à votre nature (au sens essentiel du terme) viennent dicter votre sexualité, ne doit-on pas espérer à un moment que ces facteurs soient mis en doute ? C'est dans l'ADN même de l'être humain de douter. Alors quoi de plus attendu ?

Et quels sont ces facteurs extérieurs ? La famille ? Les amis ? La pop culture ? Soyons honnêtes. Même si notre société évolue, elle reste principalement hétéronormée (qui suppose que l'hétérosexualité est la norme). Comment se construire alors en étant fidèle à son ressenti intérieur si la société ne cesse d'affirmer et de nous marteler le contraire ?

Attention à bien comprendre la raison de vos doutes

Douter c'est bien, remettre en question sa sexualité, c'est encore mieux. En revanche, ce processus ne doit jamais se faire au détriment d'une autre personne, de son intégrité ou encore de ses sentiments.

Il est important que vous compreniez pourquoi vos doutes se déclarent et surtout ce qui les déclenche. Qu'est-ce qui provoque un tel changement ? Est-ce une nouvelle rencontre ? Si c'est le cas, posez-vous la question suivante : est-ce que vous éprouvez une attirance pour la personne, indépendamment de son genre ou alors est-ce votre orientation sexuelle qui vous semble mauvaise ?

Ne croyez surtout pas ceux qui vous diront que ce n'est qu'une phase et qu'avec le temps vous passerez à autre chose. Et puis même si vous étiez effectivement dans une phase, quel est le problème ? Votre ressenti reste valide !

Ne paniquez pas, la sexualité est avant tout une cour de récréation pour adultes. Amusez-vous !

Bien qu'avoir une sexualité active implique de grandes responsabilités, il ne faut pas oublier que s'envoyer en l'air reste quand même une activité fun. Explorez, découvrez sans avoir peur de vous tromper. Comment savoir ce que vous n'aimez pas si vous n'allez pas un peu expérimenter ? On dit souvent que quand il y a un doute, il n'y a plus de doutes. Ce n'est pas forcément vrai. Doutez, prenez le temps d'apprendre à vous découvrir. Créez-vous des souvenirs inoubliables et le plus important : prenez du plaisir !

Vous êtes une personne et non une sexualité, ne la laissez pas vous définir entièrement

Peu importe votre sexualité, elle ne vous définit pas. C'est tout. Vous êtes tellement plus qu'une simple orientation sexuelle. Alors oui, certains se définissent, acquièrent un sens de l'identité grâce à leur sexualité. Mais elle n'est pas la seule chose qui les définit. Vos goûts musicaux, votre style vestimentaire, votre personnalité sont des facteurs qui vous définissent aussi. N'oubliez pas que l'orientation sexuelle relève de l'intime. Seules les personnes avec qui vous avez des rapports sexuels sont en mesure d'exiger de connaître ce genre d'information (et encore).

Alors, quand tatie Josiane pose les questions qui fâchent, on n’hésite pas à la renvoyer (poliment ou pas) s'occuper de son orientation sexuelle à elle.

Moralité : Amusez-vous de manière responsable, explorez, explorez et explorez encore votre sexualité !

 

 

 

Tags : amour, sexe, société, psychologie

Vous aimerez aussi

Top de Psycho

Sur le même sujet

De la même auteure

Prête à être
éclairée ?

Recevez la dose d'inspiration
qui change la donne !