"Vas-y j'suis plus une gamine".

Vous l’aviez dit à vos parents lorsque vous aviez 15 ans. Avant, ce n'était pas totalement vrai, mais aujourd’hui la vingtaine passée vous pouvez. 

Vous pouvez oui ! Même le hurler. Allez-y pour voir. 

Après le premier cheveu blanc, la ride sur le côté des lèvres, car vous avez beaucoup montré vos dents et le CDI à plein temps, on a parfois envie de s’imaginer à nouveau enfant. Sauf que ne plus être une gamine à la lecture de cet article va vous faire changer illico de mine. Eh oui ! Puisqu'on peut, la vingtaine passée, dire non, niet, no, à pas mal de choses. Des choses qu’en effet, à la vingtaine passée, vous avez le droit de refuser. 

On se contemple un coup dans le miroir après avoir hurlé. Admirez votre beauté que les minettes plus jeunes peuvent vous envier. Vous respirez une maturité certaine et l’heure n’est pas au caprice, mais à un topo qui vous fera juste du bien. Le genre de topo qui aide même à passer le cap de la trentaine, quarantaine, cinquantaine, soixantaine, « soixante dizaine » ? 

On tape un gros coup sur la table et on contemple la liste des caprices légitimes et autres petits trucs dont vous ne serez plus obligée de vous accommoder. 

Après les hurlements et le poing sur la table, on souffle un grand coup et on savoure cette mise au point qui vaut le détour. 

 

Enjoy, 

Les Éclaireuses 

 

1. Faire son lit 

-

Une évidence qui fait du bien à entendre ? Cette corvée, vous pouvez désormais vous en passer. Et puis, il n’est pas plus confortable quand vous le retrouvez tout tiré. Pas vrai ?

 

2. Dire oui 

-

Stop, on arrête de s’accommoder, de ne pas vouloir froisser, de ne pas s’autoriser à dire que c’est niet sans céder une seule miette. Ah et les « oui, mais » c’est pareil, on leur dit déblaye.

 

3. Sortir faire la fête 

-

Qui a dit que la vingtaine était la décennie de toutes les folies et de toutes les sorties ? Un peu, mais c’est surtout la décennie où l’on se construit et où sur un socle solide ensuite, on s’épanouit. Alors on ne culpabilise pas si on préfère une soirée chill à une soirée pile (électrique).

 

 

4. Être en couple 

-

Non, mais sans rire. Que ce soit avant 20 ans, après 20 ans, être en couple n’est pas une situation, n’est pas un métier, n’est pas une obligation ! 

 

5. Conserver vos vieilles relations stériles 

-

Ah tiens, Mallorie vient de partager un souvenir de vous et votre bande de copines en 6ᵉ. Vous comptez les années, la 6ᵉ, c'était il y a… 1,2,3… 9,10,11 ans. Oh la vache. Si certaines relations pourrissent dans votre répertoire et leurs souvenirs ne vous apportent rien de chaleureux, on fait un petit tri et on ne s’en portera que mieux.

6. Acheter LE truc à la mode 

-

On s’autorise après 20 ans à être authentique, à ne pas respecter la mode et à être en accord avec ce que l’on trouve beau, vous n’en serez que plus belle et votre carte bleue sera en accord avec ce que vous disent vos yeux ! 

7. Envisager le job de rêve 

-

Qu’est-ce que ça peut faire si vous enchaînez les jobs qui ne vous faisaient pas fantasmer au lycée ? Chaque leçon de boulot est bonne à prendre pour trouver… la bonne voie. Que dit-on, votre voie !

 

8. Être sympa avec tout le monde

-

Peut-être que vous ne l’étiez déjà pas avant la vingtaine ? Si c’est le cas, ne changez pas, c’est parfait comme cela. Les autres, dès maintenant on arrête de déverser son approbation hypocrite à qui la souhaite, à faire la bise à cette connaissance qui vous ignore sauf quand vous vous retrouvez en frontal et à liker les photos de toute la sphère Instagram parce que c’est limite compulsif. 

 

9. Cuisiner 

-

Quand on a la flemme… On a la flemme. Basta. 

10. Grandir 

-

Oui, on sait très bien que passé 20 ans vous n’allez plus prendre un seul centimètre et vous allez devoir vous contenter de votre presque mètre 63. On voulait dire… qu’après 20 ans, on peut choisir de devenir grand ou de rester enfant. Tout est dans la tête, dans votre vision des choses. On apprécie à haute dose de rester enfantine, ça ne fera pas de vous une vilaine gamine ! 

 

 

 

Tags : psychologie