Auparavant, vous aviez une magnifique relation avec vos enfants, malgré leur jeune âge vous arriviez à communiquer. Mais depuis quelque temps, impossible d'en placer une sans qu'une dispute éclate. Du matin au soir, ce n'est que confrontation, vous leur demandez leur programme de la journée, vous êtes intrusive, vous leur conseillez de ne pas porter tel manteau, vous êtes étouffante. Lorsque vous tentez des blagues, vous n'avez le droit qu'à des regards méprisants suivis de marmonnements qui semblent vous maudire... vous en regrettez presque les gazouillements d'autrefois.

Même si cette période est difficile, il est important de se rappeler que c'est aussi une période charnière pour eux. La moindre phrase maladroite peut avoir une incidence énorme sur le reste de leur vie. Aujourd'hui on vous parle de ces 10 phrases à ne pas dire à son ado !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

"Tu es pareil(le) que moi à ton âge"

Non, vous n'êtes pas pareille que votre ado à son âge. Tout simplement parce que vous n'avez pas évolué dans le même environnement ni à la même époque. Prononcer cette phrase, c'est nier la singularité de votre enfant. Or à cet âge, nous sommes tous persuadés d'être uniques et incompris. De manière générale, il faut éviter les clichés sur l'adolescence, ils donnent le sentiment que vous ne saisissez pas la mesure des changements qui s'opèrent dans l'esprit de votre ado.
À la place, dites plutôt : "Je te comprends".

 

"Je n'en peux plus de toi"

Bannissez ce type de langage très violent, il provoque des dégâts parfois irréversibles. Pour commencer, en tant que parents vous avez le devoir de supporter vos enfants au moins jusqu'à leurs 18 ans.
En proférant ce type de phrases, vous affirmez à votre enfant qu'il ne peut pas compter sur vous, que votre amour et votre patience sont conditionnels. Pourtant c'est à ce moment précis où ils ont plus que jamais besoin de votre soutien.

 

"Pourquoi est-ce que tu ne comprends pas ?"

Rien de plus efficace pour créer des crispations ! Si votre ado n'est pas encore tout à fait un adulte, il n'est pas non plus un enfant. Nier son intelligence et ses capacités de compréhension c'est ériger un mur entre vous et lui.

 

"Tu es un(e) véritable feignant(e)"

Sur quoi basez-vous cette affirmation ? Une poubelle pas descendue à temps ? Un devoir réalisé à la dernière minute ? Ce n'est pas un comportement récurrent, vous ne pouvez donc pas lui coller injustement cette étiquette. Dans le cas contraire, vous risquez de rompre totalement la communication avec votre ado qui risque de se braquer.

 

 

"Tu comptes sortir habillé(e) comme ça ?"

Que vous ayez une ado ou un ado, c'est la pire phrase à prononcer. Imaginez-vous à 15 ans entendre ça alors que vous êtes sur le pas de la porte. Rien de tel pour ruiner une soirée. Si cette observation par d'un bon sentiment, dites plutôt "J'aime beaucoup ta tenue mais je suis un peu inquiète car..." à l'inverse si votre observation ne part pas d'un bon sentiment, taisez-vous !

 

"Je n'aime pas tes amis, tu devrais t'en éloigner"

Là c'est très simple, vous dénigrez sa faculté à choisir de bons amis. On en revient donc à la négation de son intelligence et de son propre bon sens. Si ces fréquentations vous inquiètent vraiment, la communication est le meilleur moyen d'obtenir des réponses.

 

"Tu vois, j'avais raison. Je t'avais pourtant prévenu(e)"

Oui et alors ? Le résultat est le même, il n'y a rien de plus efficace que l'apprentissage par les erreurs. Vous en avez fait, vos parents aussi et les parents de vos parents aussi. Pourquoi pas votre ado ? Et puis cette attitude de monsieur/madame Je-sais-tout n'est pas du tout celle qui vous permettra de briser la coquille avec votre enfant.

 

"Pourquoi tu n'as pas de petit(e) ami(e) ?"

Ça ne vous concerne pas. Pas besoin d'élaborer. Si l'envie lui prend, alors votre ado partagera sa vie privée en temps et en heure. Là aussi, privilégiez la communication si vous êtes véritablement inquiète (dans le calme et l'écoute bien évidemment).

 

 

"Attention, tu as pris un peu de poids ces derniers temps"

Le poids est un sujet extrêmement sensible chez les adolescents. Vous pourriez déclencher des comportements boulimiques ou anorexiques. Si sa santé n'est pas en danger, il n'y a aucune raison de soulever ce type de questions, vous apprenez à votre enfant à avoir une mauvaise relation avec son corps. Son bien-être ne passe pas un chiffre sur une balance. Mêlez-vous de votre poids à vous !

 

"Tu n'es pas beau/belle"

Premièrement, la beauté est subjective, ensuite, là aussi ce type de déclaration est violente car l'adolescence est un cycle assez ingrat pour certains. Vos phrases blessantes peuvent rester ancrées des années durant dans l'esprit de votre enfant. Et puis logiquement, si votre enfant est moche, vous l'êtes aussi.

 

 

 

 

Tags : enfant, Maman, Relation