Vous avez remarqué vous aussi ? Dans votre entourage, votre famille, au travail et même jusque sur les réseaux sociaux un seul mot d'ordre : la positivité. C'est LE nouveau mantra à la mode. Il semble que quoiqu'il arrive, il faut s'efforcer de voir le positif. Votre mère s'est tellement prise au jeu qu'elle vous envoie au moins 7 fois par jour des messages positifs personnalisés du type : "Un jour commence, c’est une nouvelle chance de vivre et de poursuivre tes rêves." "Attends-toi au meilleur pour lui donner toutes les chances d’apparaître" ou encore "Garde toujours ton sourire intérieur. Cultive-le".

Sympa, sauf que votre mec vient de vous larguer, vous vous rendez compte que votre travail ne vous plaît pas tant que ça et l'angoisse de la trentaine bat son plein. Vous vous sentez oppressée par cette injonction à la positivité. Aujourd'hui, on vous explique pourquoi votre ressenti est totalement normal et pourquoi la positivité peut très vite devenir toxique.

Les Éclaireuses,

 

 

 

La positivité toxique, un concept encore peu connu mais très réel

Selon Tabitha Kirkland, psychologue et professeur au département de psychologie de l'Université de Washington, la positivité toxique se définit par une façon de réagir à sa propre souffrance ou à celle de quelqu'un d'autre qui se traduit par un manque d'empathie.

La positivité toxique rejette les émotions au lieu de les affirmer et peut provenir d'un sentiment de malaise. Autrement dit, la positivité toxique est une technique qui consiste à imposer le positif pour ne pas reconnaître, accepter tout ce qui pourrait être négatif. En somme, c'est comme ce sourire forcé que l'on affiche pour cacher la peine que l'on ressent réellement.

Concrètement, cela se traduit par exemple par une amie qui au lieu de vous consoler et de vous laisser ressentir votre peine, décide de vous lancer le fameux "Sois positive, ça pourrait être tellement pire". Oui sans doute, vous auriez pu perdre une jambe ou encore vous découvrir une maladie incurable, mais ce n'est pas la question. Vous êtes triste et vous avez besoin de réconfort. Pas de vous faire culpabiliser.

 

Comment la positivité toxique nous affecte-t-elle ?

Sur les réseaux sociaux, la positivité toxique prend la forme d'hashtags avec lesquels vous interagissez tous les jours : #StayPositive #GoodVibesOnly. Mais à quel prix ? Ces hashtags vous rappellent sans cesse que le seul but de votre existence se résume à un seul sentiment positif. Attention, la positivité toxique n'a pas vocation à vous faire du mal, mais elle invalide la possibilité qu'il existe d'autres types de sentiments, elle minimise ces moments de vie négatifs. Pire encore, la positivité toxique fait taire : comment exprimer son mal-être, sa tristesse dans un espace rempli à outrance de positivité, d'optimisme ? Ce qui mène à des problèmes encore plus importants : une étude révèle même que les personnes qui pratiquent la positivité toxique pour éviter leurs sentiments négatifs se sentent forcément encore plus mal plus tard.

Lorsque vous faites preuve de positivité toxique, elle peut affecter vos relations avec les autres car ils ne se sentent plus assez en sécurité pour se confier à vous. En même temps s'entendre répéter que le bonheur est un choix, peut vite devenir agaçant.

Attention, vous vous infligez parfois vous-même de la positivité toxique, par exemple lorsque vous vous persuadez de sortir boire ce verre avec vos amies alors que votre for intérieur n'a envie que d'une seule chose : rester au fond du lit et ne pas communiquer.

De l'autre côté, lorsque vous subissez la positivité toxique, des traumas peuvent se mettre en place avec une difficulté à exprimer ses sentiments, des épisodes dépressifs, un sentiment de culpabilité, de honte ou encore de l'anxiété.

Il est donc très important d'être en phase avec ses sentiments, quels qu'ils soient !

 

 

Se libérer des carcans de la positivité toxique, un combat de tous les instants

C'est beaucoup plus facile qu'à faire, surtout dans une ère où aller mal et l'expression publique de sentiments négatifs sont perçus comme une faiblesse. Pour déconstruire cet état d'esprit, on vous donne quelques clés.

- Ressentez vos émotions : plus d'excuses, vous devez faire face à vos émotions, peu importe la difficulté que cela représente, peu importe les autres personnes qu'elles impliquent. N'oubliez pas que vos sentiments négatifs ne disparaîtront pas si vous ne les affrontez pas. Reconnaissez-les donc, essayez de comprendre d'où elles viennent et réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour y remédier. Il est important de ne pas privilégier les émotions positives au détriment des émotions négatives. Toutes les émotions vous offrent des informations utiles sur la façon dont vous vous comportez en société, et toutes sont également valables.

- Pratiquez la pleine conscience : essayez la pleine conscience en prenant simplement un moment de calme pour remarquer ce que vous ressentez et ce qui se passe dans votre corps et votre esprit. Ne vous concentrez pas sur une seule pensée ou sensation, remarquez plutôt tout. Si vous remarquez de la négativité, ne vous jugez pas, prenez-en note et passez à autre chose. Il est important de remarquer nos sentiments négatifs et de reconnaître les informations qu'ils nous donnent sans nous y perdre. Il peut être utile de commencer à apprendre à être attentif lorsque vous êtes calme, surtout si vous êtes novice en la matière. Ainsi, lorsque vous serez dans un état plus émotionnel, vous aurez déjà les compétences nécessaires pour le surmonter.

- Les émotions sont des outils, apprenez à les utiliser : une approche de la pleine conscience consiste à considérer les émotions comme des outils ou des informations, plutôt que de se concentrer uniquement sur ce qu'elles vous font ressentir. Les émotions négatives comme la colère ou la peur servent à nous alerter d'un danger ou d'une menace potentielle, tandis que les émotions positives comme le bonheur favorisent les liens et les possibilités de créativité.

- Admettez, acceptez vos erreurs : que ce soit sur le moment ou après coup, si vous vous rendez compte que vous avez ignoré les émotions négatives d'un proche ou que vous l'avez coupé par une positivité toxique alors qu'il essayait de se confier à vous, reconnaissez votre erreur et présentez vos excuses. Tout le monde fait des erreurs, alors essayez de ne pas vous laisser abattre si vous remarquez que vous avez dit quelque chose qui semblait insensible ou dédaigneux. La meilleure chose que vous puissiez faire est de le reconnaître et de demander à votre proche comment vous pourriez mieux réagir la prochaine fois.

 

 

 

Tags : émotion, complexe, psychologie