Des chercheurs se sont penchés sur ce sujet très sérieux et ont observé qu’en fonction du mode de cuisson, en particulier la grillade et le rôtissage, l’air ambiant de votre maison en paierait les frais et serait en fait un concentré de particules fines !

Ce sont les scientifiques de l’Université du Colorado, à Boulder aux États-Unis, qui ont sonné l’alarme avec la publication d’une étude dans Science Daily, le 17 février dernier. Selon eux, la cuisine, le nettoyage et d’autres activités domestiques pollueraient hautement l’air de votre douce maison.

Lorsque vous faites mijoter de bons petits plats dans votre four ou sur votre cuisinière, la qualité de l’air intérieur de chez vous est équivalente à celle d’une grande ville polluée. Alors bien qu’elle soit une tâche élémentaire de la vie de tous les jours, il est primordial de bien aérer pour ne pas respirer les particules en suspension qui sont dangereuses pour votre santé.

Très nocives, ces particules fines s’infiltrent facilement dans nos poumons. Et pour un repas de Thanksgiving, par exemple, il y en aurait 200 microgrammes par mètre cube, soit cinq fois plus de particules fines que dans l’air de Paris !

Cette pollution de l’air est provoquée par la combinaison de plusieurs éléments tels que les émanations de gaz, les résidus gras du four, les huiles de cuisson et animales, mais aussi la carbonisation des légumes. Alors, ne vous privez pas de cuisiner, mais activez la hotte aspirante et surtout, OUVREZ LES FENÊTRES !

Enjoy,

Les Éclaireuses

-