Ce n’est pas nouveau, le plastique fait partie intégrante des véritables maux de ce siècle. D’après l’ONU, ce sont près de 8 millions de tonnes de plastiques qui sont jetées dans les eaux et les océans chaque année.

Même si plusieurs mesures ont déjà été prises, il est urgent de trouver une alternative qui puisse nous sauver et sauver la planète de ce matériau. Et ça une étudiante anglaise l’a bien compris.

Lucy Hughes, 23 ans et étudiante à l’université de Sussex, a créé un biosplastique biodégradable en quelques semaines. Son travail et le potentiel de son projet n’a pas échappé aux experts et lui a permis de remporter le prix international James Dyson.

Baptisé Marinatex, le matériau est composé de restes de poisson et d’algues rouges. Selon l’étudiante, une seule morue de l’Atlantique pourrait générer assez de déchets pour la production de 1 400 sacs Marinatex.

« Le plastique est un matériau extraordinaire et nous avons donc eu tendance à en devenir trop dépendants en tant que designers et ingénieurs. Pour moi, cela n’a aucun sens le fait que nous utilisons du plastique, un matériau incroyablement durable pour des produits dont le cycle de vie ne dépasse pas plus d’un jour. Créer MarinaTex représente pour moi une forme d’engagement en matière d’innovation et de choix de matériau en intégrant des valeurs comme la durabilité, le local et le circulaire dans le design » explique Lucy Hugues.

En tant que lauréate du James Dyson Award, Lucy recevra le prix de 30 000 livres sterling pour continuer ses recherches mais aussi 5 000 livres pour son département universitaire. Elle souhaite commercialiser son invention de manière durable et entend utiliser sa récompense pour continuer ses recherches et faire de MarinaTex une alternative mondiale pour répondre au problème de l’abondance des déchets plastiques tout en exploitant des solutions locales.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement