Dès le 18 janvier, au Québec, il sera interdit de vendre de l'alcool ou du cannabis aux personnes qui ne seront pas en mesure de présenter une preuve de vaccination contre le Covid-19. Cette mesure (un peu drastique) vient d'être mise en place pour motiver les derniers irréductibles à sauter le pas de la première injection. Il semblerait que la stratégie du Québec serait, également, "d'emmerder les non-vaccinés" jusqu'à ce qu'ils cèdent. 

Une mesure qui vient en réponse après l'analyse des hospitalisations

Cette mesure, un poil extrême, n'est pourtant pas gratuite. Après avoir constaté le ratio de non-vaccinés sur les lits de réanimation, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a pris cette décision unique. Au Québec, près de 50% des lits dans les hôpitaux sont actuellement occupés par des personnes non-vaccinées.

Une mesure qui devrait rapidement être enrichie d'autres nouvelles interdictions

Alors qu'un couvre-feu est déjà en vigueur depuis quelques jours, le gouvernement québécois a également décidé de fermer les commerces non essentiels et la rentrée scolaire a été reportée au 17 janvier. Toutes ses mesures sont mises en place pour limiter la flambée épidémique liée au variant Omnicron. Le Premier ministre prévoit également de taxer les "non-vaccinés", car ils représentent un fardeau financier pour les autres citoyens. 

Pour ce qui est des interdictions supplémentaires pour les non-vaccinés, ils pourraient également bientôt être privés de coiffeur. Près de 10% de la population québécoise (qui représente le taux de non vacciné dans l'ensemble de la population) sera donc privée d'alcool (au moins, ils n'auront aucun mal à faire DryJanuary), de cannabis et sera coiffée comme un as de pique.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : covid, News, société