Nous voilà plus que jamais entraînées dans la spirale infernale du "métro, boulot, dodo". La course est lancée, on ne peut plus s'arrêter. Quand on ne travaille pas, on voit notre famille. Quand il ne s'agit pas de notre famille, ce sont nos amis. Il nous reste finalement très peu de temps pour le "dodo"…

Alors, forcément, trois mois après la rentrée, la fatigue commence à se faire ressentir. On aurait bien besoin d'une petite pause, d'un peu de temps pour nous… En espérant que les vacances sonnent leur début avant que nous soyons réellement à bout.

Comment tenir le coup ?

On pourrait partir en week-end histoire de souffler, se ressourcer, prendre un bon bol d'air frais… C'est vrai. Mais l'escapade ne sera pas toujours le remède à tous nos maux : comment ferions-nous si, un jour, pour une raison ou pour une autre, le séjour éclair n'est pas en option ?

Inutile d'aller chercher la solution ailleurs quand on en a 7 à portée de main. Il s'agit d'une technique mise au point par le docteur Saundra Dalton-Smith, relayée par Goop.

Enjoy,

Les Éclaireuses

-

Le repos physique

Le meilleur moyen de recharger véritablement les batteries est, pour commencer, de se reposer sur le plan physique. Ce n'est pas un hasard si notre dos nous fait mal, que nous sommes courbaturées, que notre tête est souvent envahie par des migraines, et que nos yeux voient plus trouble que d'habitude : tous ces signes sont la preuve que nous avons besoin de repos.

Pour remédier à cela, on a donc besoin de mettre notre corps au repos. On se couche tôt, on fait des nuits réparatrices, et on ne se refuse aucune sieste - dans la limite du possible et du modéré, évidemment. On peut également se faire du bien en s'abandonnant à une séance de yoga ou, plus simplement, d'étirements. L'essentiel étant d'apaiser nos membres, nos muscles.

Le repos mental

On passe le plus clair de notre temps à réfléchir. Le matin au réveil, pour choisir notre tenue, par exemple. Puis au travail, moment durant lequel notre cerveau est particulièrement en action. Puis le soir, lorsque nous choisissons ce que nous allons manger, quel film nous allons regarder… Et ainsi de suite. Notre esprit est constamment distrait jusque dans notre lit, lieu propice aux profondes remises en question.

Et lui, quand est-ce qu'il souffle ? N'avons-nous jamais pensé au fait que, comme une personne à part entière, lui aussi a besoin d'une petite pause ? Il ne sert à rien de forcer… D'autant plus lorsqu'il commence à nous jouer des tours : la perte de mémoire, aussi légère soit-elle, est l'un des premiers signes de fatigue chronique. Pensons à faire le vide… Enfin, ne pensons plus, justement.

Le repos social

En dehors des personnes très solitaires, on a généralement besoin d'être bien entourées pour avancer. Famille, amis, connaissances… Beaucoup d'entre nous vivent pour partager des choses, allant parfois jusqu'à s'oublier eux-mêmes. Et c'est justement cette limite qu'il ne faut surtout pas franchir… On pourrait bien s'y perdre.

Il est essentiel de réussir, de temps à autre, à se poser avec nous-mêmes. Parfois pour se remettre en question, faire le point. Parfois, plus simplement, pour se retrouver seul et faire quelque chose que nous avons envie de faire : lire, courir, manger… Tout est permis. Ces instants sont extrêmement importants pour notre équilibre et notre bien-être.

Le repos créatif

Nous ne sommes pas des machines. Même le plus intelligent des êtres humains est parfois en panne d'inspiration. De nombreux métiers requièrent une constante créativité… Et même si nous débordons d'imagination, il arrive que nous soyons en rupture de stock de nouvelles idées.

Que nous soyons de nature créative ou non, originale ou pas, nous avons des milliers de façons de puiser des forces dans ce domaine. Cinéma, musique, danse, personnes qui nous entourent comme simple moment de vie, tout peut être source d'inspiration. Il suffit de ne pas se poser de questions, et suivre ses sensibilités…

Le repos sensoriel

Notre quotidien est une notification. Notre réveille sonne, notre portale vibre, notre enceinte chante… Sans parler des klaxons, qui peuplent les rues et raisonnent dans notre esprit. Notre attention est, en effet, constamment attirée par quelque chose : écrans, alarmes, lumières… Tout est bon pour nous intercepter.

Et si on se plongeait, ne serait-ce que cinq minutes, dans le noir ? Sans aucun objet, pas l'ombre d'un rayon de soleil. On néglige souvent la force et la puissance que peut avoir, sur nous, le calme le plus profond possible. N'oublions pas de nous déconnecter parfois…

Le repos émotionnel

Nous grandissons dans l'idée que nous devons encadrer nos sentiments. Ne pas être dans l'extrême, apprendre à se canaliser, à ravaler, dissimuler ou oublier nos émotions… Oui, nous grandissons dans l'idée que nous pouvons nous livrer à condition d'être modérées. Un travail sur nous-mêmes constant, et fatigant.

Alors, parfois, on a juste besoin de se lâcher. Pleurer, crier, rire aux éclats… ALLONS-Y ! Écoutons et suivons nos émotions jusqu'à ce que nous nous sentions soulagées. Une chose est sûre : le fait de les conscientiser ne peut que nous faire du bien…

Le repos spirituel

Qu'importe nos croyances, nous avons tous l'impression que nous faisons ce que nous faisons pour une ou plusieurs personnes. On ne travaille pas pour nous, mais pour la fierté de nos parents, pour un Dieu ou encore pour des personnes qui ont compté et ne sont plus de ce monde. On y pense avant même de penser à nos propres besoins.

Qui a dit que penser aux autres voulait forcément dire ne pas penser à soi ? Apprenons à lier nos envies avec ce qui nous aide à mieux dormir la nuit… On doit se sentir en paix avec nous-mêmes et tout ce qui nous entoure, pas contraintes de remplir une mission par la pression et l'anxiété.

 

Tags : stress, psychologie