Si beaucoup de pays envient l'uniforme des écoliers anglais, pour les écolières, ce n'est pourtant pas quelque chose de facile à porter au quotidien. Une enquête datant de 2018 indique qu'une jeune fille sur 3 s'est déjà fait harceler lorsqu'elle portait son uniforme : cela va de simples sifflements aux menaces de viol. Face à ce phénomène, un groupe de lycéennes d'une école du Sheshire a décidé d'interpeller le gouvernement britannique sur les questions de harcèlement et de fétichisation des jeunes écolières en uniforme. 

Plusieurs jeunes filles ont témoigné à propos du harcèlement qu'elles subissent au quotidien. Les hommes ne se privent pas de poser des questions déplacées ou de suivre les jeunes filles (mineures) lorsqu'elles sortent de l'école.

"C'est devenu quelque chose qu’on vit de manière hebdomadaire, moi et de nombreuses filles, pas seulement de notre école" témoigne Hanna, une jeune lycéenne qui en a assez.

Cette prise de conscience doublée d'un ras-le-bol général a été le point de départ d'une grande pétition destinée à supprimer, définitivement, les uniformes des lycéennes des sex-shops pour ne plus aggraver le phénomène de sexualisation. Les jeunes filles demandent également que les sites pornographiques arrêtent de diffuser des vidéos avec de jeunes femmes en uniforme.

Une sexualisation de l'uniforme qui ne date pas d'hier

Même s'il n'y a rien de récent dans l'utilisation des uniformes d'écolière dans l'industrie pornographique et sexuelle, il semblerait que depuis quelques années, les actes de harcèlement envers les jeunes filles se soient intensifiés. 

"Le fait que les uniformes que portent des enfants soient [autant présents] dans des scénarios sexuels signifie que les hommes se sentent en droit de harceler sexuellement et publiquement les enfants portant des uniformes scolaires, justement puisqu'ils sont si ouvertement sexualisés".

Il y a définitivement un vrai problème autour de la perception des jeunes filles en uniforme. Elles sont présentées comme soumises et dociles dans les films pour adultes donc certains hommes font des transferts sur les jeunes filles du quotidien pensant que, elles aussi, n'attendent qu'un homme pour les guider dans leur quotidien.

Une pétition qui gagne de plus en plus d'ampleur

Lancée le 27 mai dernier, la pétition des jeunes lycéennes a d'ores et déjà récolté 3000 signatures. Mais le chemin est encore long pour que le gouvernement se penche sur la question. Il faudrait, au minimum, que les jeunes filles recueillent plus de 10.000 signatures pour que le gouvernement envisage de réfléchir à cette proposition. 

Y'a plus qu'à... 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News, News Société