" Tu as l'air énorme dans cette robe..."

" Tu es sûre de vouloir manger ça ? Tu n'en as pas besoin..." 

" Tu devrais manger, les hommes préfèrent les femmes avec des formes" 

C'est toutes ces phrases qui nous rendent dingues au quotidien sans oser se défendre. Parce qu'on ne correspond pas à une norme de beauté, on a appris à accepter sans s'en rendre compte, ces phrases qui nous body shame. 

Le body shaming ou encore honte du corps en français, est une expression venant de l'anglais et popularisée en France dans les années 90.

Principalement présentes sur les réseaux sociaux, les critiques affluent concernant le physique et surtout le poids des personnes.

Pour mieux comprendre cette pratique, on vous explique les origines du body shaming.

Les Éclaireuses

 

Qu'est-ce que le body shaming ?

Encore appelé fat shaming ou slut shaming, le body shaming est de plus en plus présent en Europe. Bien que certaines stars essaient de prôner la pratique du body positive sur les réseaux sociaux, les insultes et critiques continuent de peser leurs poids sur Instagram ou Twitter.

Par définition, la pratique du body shaming consiste à se moquer de l'apparence physique de personnes. Principalement pratiqué sur les réseaux sociaux, le body shaming peut aussi se faire en direct dans la vie.

 

Inconnu ou famille : qui fait vivre ce phénomène ?

Nous pourrions penser que le body shaming se pratique seulement sur les réseaux sociaux. Pourtant, l'étude Yougov affirme que 85% des personnes cultivant le body shaming étaient issues de l'entourage proche des victimes. Dans 15% des cas, la famille est à l'origine de moqueries.

Mais des inconnus peuvent aussi jouer un rôle dans le body shaming. Sur Instagram, les internautes peuvent anonymement et donc plus facilement critiquer l'apparence grâce au grand nombre d'image apparaissant sur le réseau.

Quel genre de personne subit le body shaming ?

L'étude Yougov estimait que 30 % des personnes subissant ce phénomène en France étaient des femmes. 85 % des ados ont déjà subi des moqueries au cours de leurs vies. Un chiffre inquiétant puisque c'est à l’adolescence que les jeunes femmes se construisent et apprennent à avoir confiance en elles.

Les moqueries sur l'apparence de ces femmes sont la lourde conséquence de ce que la société a voulu créer comme codes physiques. Depuis toujours, les standards de beauté en société varient. Une décennie votre corps devra être maigre, une autre ce même corps devra prendre du poids. C'est à cause de ce phénomène de société, que les jeunes femmes ne suivant pas le mouvement, subissent des moqueries.

 

Les origines du body shaming

La promotion de produits en tout genre pour avoir le physique idéal pousse chacun à penser que le corps doit être façonné d'une certaine manière.

Mais surtout, la société étant toujours en mouvement, nous l'avons dit, les standards varient. À cause d'un réseau social comme Instagram, les images retouchées des stars provoquent l'envie d'un changement d'apparence pour toutes. Un poids plume, une peau sans imperfection, des éléments qui font perdre confiance aux femmes au quotidien. Mais surtout, qui alimentent la haine et les moqueries lorsque le corps d'une personne n'est pas dans les normes.

 

Les conséquences de ce phénomène sur la santé

Créant un sentiment de honte pour les victimes de body shaming, ces critiques ont de réelles conséquences sur la santé mentale de celles-ci. Une perte de confiance en soi ou de l'anxiété peut se créer après avoir subi des moqueries. Mais pire encore, des troubles alimentaires peuvent survenir après ce genre de phénomène.

Il est important de garder à l'esprit que tous les corps sont beaux. Qu'importent leurs poids, leurs tailles, ou la qualité de la peau. Avec l'arrivée du phénomène du body positive nous arrivons un peu plus à calmer ce fléau. Cependant, un long chemin est encore à parcourir. Nous invitons toutes les personnes subissant ce genre de harcèlement à en parler au maximum pour que celles-ci ne se retrouvent jamais isolées.

 

 

 

Tags : réseaux sociaux, société, body, aimer son corps