Un âge avancé, un diabète mal équilibré, une maladie respiratoire chronique sont des facteurs aggravants du coronavirus. Mais il y en a un que l'on n'avait pas imaginé, c'est notre vitesse de marche. Pourtant, des chercheurs de l'université de Leicester (Angleterre) ont mené une étude très sérieuse et publiée dans la revue britannique l'International Journal of Obesity.

Les recherches ont permis d'établir un lien entre l’allure de nos pas et les risques encourus face au coronavirus. En effet, les chercheurs ont conclu que les marcheurs lents avec un poids "normal" étaient 3,75 fois plus susceptibles de mourir du virus que les marcheurs rapides.

Les données de plus de 410 000 sujets analysées

L'étude, dirigée par le centre de recherche biomédicale de Leicester du National Institute for Health Research (NIHR), a utilisé des données collectées auprès de plus de 410 000 personnes d'âge moyen pour explorer les liens entre l'indice de masse corporelle (IMC) et le rythme de marche avec le risque de contracter le Covid-19 sévère et la mortalité.

Les chercheurs ont également découvert que les marcheurs lents étaient 2,5 fois plus susceptibles de développer un Covid-19 sévère que ceux qui marchaient rapidement. Notamment, les travaux soulignent que le risque était uniformément élevé chez les marcheurs lents de poids normal et les marcheurs lents obèses.

L'obésité, un facteur de risque important

"Nous savons déjà que l'obésité et la fragilité sont des facteurs de risque clé pour les résultats de Covid-19", rappelle le professeur Tom Yates, spécialiste de l'activité physique, du comportement sédentaire et de la santé à l'Université de Leicester.

Cependant, cette étude est la première à démontrer que "les marcheurs lents ont un risque beaucoup plus élevé de contracter des résultats sévères de Covid-19, quel que soit leur poids". 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News, News Bien-Être