Depuis 5 mois, nous sommes contraints, à chacune de nos sorties, à porter un masque dans le but de nous protéger contre une éventuelle contamination. Rendu obligatoire au mois d'août, ce dispositif de protection, bien qu'efficace selon les professionnels de la santé, s'avère être très contraignant au quotidien. 

De nombreuses personnes ont remarqué que le port du masque prolongé pouvait provoquer des maux de tête, des boutons, un inconfort grandissant au fil de la journée, sans parler de toutes les interactions sociales qui ont disparu de nos vies depuis près de 6 mois.

Plus un sourire, plus de contact physique : tout ce qui touche au paralangage facial a été complètement occulté par le masque.

Bien que le vaccin Pfizer soit sur le point d'être accepté par l'agence européenne du Médicament, le début des campagnes de vaccination ne sonnera pas le glas du port du masque. La prudence sera toujours à l'ordre du jour, même après le début des premières vaccinations. "Oui, on va garder le masque, oui, on va garder les gestes barrières, et ce, pendant plusieurs mois", déclarait Olivier Véran, ministre de la Santé, le 3 décembre. 

Plusieurs raisons justifient le maintien du masque même après le début des campagnes de vaccination. D'une part, les vaccins seront administrés progressivement, par la force des choses, cela prendra un peu de temps pour créer une immunité collective. Une autre chose à prendre en compte, c'est que nous ne savons pas si le vaccin empêche d'être contaminé par le virus. Il a une fonction qui permet de stopper la maladie pour qu'elle n'attaque pas les poumons, mais nous ne savons pas encore s'il fait aussi office d'une barrière hermétique contre le Covid-19. Les gens vaccinés devront donc aussi continuer à porter le masque pour éviter les éventuelles complications. 

Mais du coup, avons-nous une échéance quant à la fin du port du masque ? 


Selon certains spécialistes, en cas d'une efficacité prouvée du vaccin pour enrayer l'épidémie, la question du masque pourrait être discutée autour de l'été 2021. Mais, cette information est à prendre avec des pincettes. Ce ne sont pour le moment que des hypothèses. Personne ne sait vraiment comment les contaminations vont évoluer, surtout à la veille des grands déplacements de fêtes de fin d'année. 

Les Éclaireuses