C'est une situation assez inattendue, plusieurs gorilles du zoo du San Diego en Californie ont été testés positifs au COVID-19. Depuis lundi, les individus sont en quarantaine et observés de très près pour analyser les éventuelles mutations et évolutions de la maladie sur ces sujets. 

Pour le moment, seuls deux gorilles ont été testés positifs, il semblerait qu'un troisième commence, lui aussi, à présenter des signes de contamination.

Comment expliquer cette transmission ? 

Il faut garder en tête que la proximité génétique entre les hommes et les grands singes est un facteur important dans cette infection. Les gorilles présentent près de 98% d'ADN en commun avec l'humain. Certaines études ont d'ores et déjà prouvé que des contagions entre primates et humains étaient possibles. Dans les faits, la situation des gorilles de San Diego est la confirmation des hypothèses des chercheurs. 

D'où est partie la contamination ? 

Le zoo étant actuellement fermé au public, la contagion ne peut venir que d'un des membres du staff du zoo de San Diego. Les responsables de l'établissement pensent que les gorilles ont été contaminés par un employé asymptomatique. Les mesures de précautions recommandées n'auraient pas suffi à éloigner le risque de contagion pour les animaux. 

Début janvier, c'est la toux des gorilles qui a mis la puce à l'oreille aux soignants sur leur état de santé. Aujourd'hui isolé, le groupe de gorilles se remet petit à petit de la contagion. 

Les Éclaireuses