Cette année, votre enfant a peut-être fait sa première rentrée ou a changé d'école. Tout semblait bien se passer, mais depuis quelques jours vous sentez que quelque chose a changé chez votre enfant. Ça a commencé par des pleurs devant le portail de l'école, s'en est suivi des difficultés à se lever et finalement, vous avez remarqué une certaine panique chez votre enfant dès que le sujet de l'école est évoqué. 

Pire, votre enfant semble avoir changé, il paraît à côté de ses pompes, il est complètement éteint. Vous vous faites du souci et c'est normal : un changement aussi brutal, c'est souvent synonyme que quelque chose ne tourne pas rond et, s'il est normal que les enfants ne soient pas forcément enchantés d'aller à l'école (qui aimerait rester assis pendant 7 heures à écouter des choses pas forcément intéressantes ?), il se peut qu'il y ait plus qu'une simple lassitude à l'égard de l'école. Votre enfant fait peut-être de la phobie scolaire et si c'est le cas, il est important de prendre les choses en main rapidement pour que cette peur ne s'installe pas de façon durable. 

Les Éclaireuses

Qu'est-ce que la phobie scolaire ? 

La phobie scolaire n'est pas à prendre à la légère. Plus qu'une simple peur de l'école, c'est un trouble anxieux qui peut toucher tous les enfants et les adolescents. Il n'y a pas d'âge ni de règle concernant la phobie scolaire : on peut la développer n'importe quand. On estime qu'en France, 1 à 5 % des enfants souffrent de ce trouble anxieux. 

Le plus souvent, cela se manifeste par une peur irrationnelle de l'école. L'enfant n'arrive plus à se rendre dans un établissement scolaire et, dans les cas extrêmes, il peut y avoir des répercussions physiques. Dans certains témoignages, on découvre que des enfants ont des nausées incontrôlables, des vomissements, de violentes crises d'angoisse, des montées de fièvre... La liste - non exhaustive - est aussi riche que variée et cela montre à quel point cette phobie de l'école peut avoir un impact fort chez les enfants (qu'ils soient petits ou grands).

À quoi cela peut être dû ?

Il y a de nombreux facteurs qui peuvent entrer en compte dans la naissance d'une phobie scolaire. Chez les tout-petits, cela peut naître d'une angoisse de la séparation avec les parents. Cela arrive souvent dans les premières années d'école : les enfants, habitués à vivre en permanence avec les parents, ont beaucoup de mal à se faire à l'idée d'être séparés du cocon familial. Mais, heureusement, cette peur de la séparation peut rapidement s'évaporer une fois que l'enfant a compris que la séparation n'est que momentanée.

Lorsque l'enfant prend de l'âge, la phobie scolaire peut naître d'une phobie sociale : l'enfant a peur de se ridiculiser devant les autres et n'arrive pas à créer de lien avec les autres enfants. Se sentant à l'écart, il va finir par manifester un rejet de l'école, puisque l'endroit n'est relié qu'à de mauvais souvenirs.

La peur de l'échec scolaire peut aussi être une cause de la phobie scolaire. Votre enfant a peur de vous décevoir en ramenant de mauvaises notes du coup, il va à l’école à reculons, car pour lui, la salle de classe est synonyme de pression et de stress. 

Une autre cause possible, et encore plus préoccupante, est le harcèlement scolaire. Votre enfant est peut-être victime de moqueries, de brimades ou même de cyberharcèlement et dans ce cas-là, il est important d'agir rapidement pour ne pas laisser les choses s'envenimer. Si votre enfant est victime de harcèlement au sein de l'établissement scolaire, il est primordial d'en informer l'école et les professeurs au plus vite pour qu'ils trouvent une solution. 

Le cocon familial peut aussi être la source de cette phobie scolaire. En cas de gros changement dans la famille, comme un déménagement, un divorce ou un décès, il est possible que votre enfant réagisse par un rejet total de l'école. Si c'est le cas, il ne faut pas hésiter à offrir un accompagnement auprès d'un spécialiste pour permettre à votre enfant de surmonter cette étape le plus sainement possible.

Que faire pour régler le problème le plus rapidement possible ? 

Quelle que soit la cause - identifiée ou non - de la phobie scolaire, il est essentiel d'agir vite pour que votre enfant ne se retrouve pas face à une situation ingérable. La communication est le premier pas vers la compréhension de votre enfant. En instaurant un dialogue avec lui, vous arriverez rapidement à identifier la source du problème. 

Mais si le dialogue s'avère impossible ou infructueux, il faudra peut-être passer par une étape intermédiaire. Les pédopsychiatres sont souvent la réponse la plus adéquate pour accompagner votre enfant sur le chemin de la guérison. Une thérapie familiale peut également être une solution, surtout si le nœud du problème se situe du côté familial.

Il est également important de discuter avec l'équipe pédagogique pour trouver la formule qui conviendra le mieux à l'enfant et qui lui évitera le décrochage scolaire. Vous pouvez, par exemple, imaginer un retour en douceur à l'école, en n'y mettant votre enfant que le matin ou que l'après-midi pour qu'il recommence à s'habituer au cadre scolaire. 

Dans les cas extrêmes, l'enseignement à domicile finit souvent par être la solution de recours. Mais attention, cela ne doit être que la dernière solution abordée, car cela risque de couper votre enfant de la sociabilisation et il risque de développer d'autres troubles anxieux liés au contact humain. 

Enfin, vous pouvez aussi explorer la piste des écoles privées hors contrat, comme la méthode Montessori, qui offre un cadre un peu différent aux enfants, mais qui les aide à prendre confiance en eux et en leurs capacités.

 

 

 

Tags : enfant, parents, Éducation