Vous maudissez le ciel d'être une femme, au moins une fois par mois.

Vous savez bien qu'avoir le pouvoir de donner naissance est probablement la plus belle chose au monde, mais voilà ce que vous devez subir chaque mois de votre vie de femme pour en avoir la possibilité.

Les ragnagnas sont vos pires ennemies. Et si, par la plus grande des chances, vous n'en souffrez pas, vous apparaissez telle une déesse auprès de vos congénères. Mais une chose est sûre, durant ces quelques jours mensuels, vous vous passeriez bien d'aller travailler et vous fantasmez volontiers sur un marathon de films et de séries, enroulée dans votre plaid à engouffrer tout ce qui vous passe sous la main.

Ce sera désormais une hypothétique possibilité pour nos amies les femmes italiennes. En effet, alors que le Japon, la Chine, la Corée du Sud et la Zambie ont déjà adopté ce système, l'Italie pourrait bel et bien être le premier pays occidental à adopter le "congé menstruel".

Le 13 mars dernier, 4 élues du Parti Démocrate italien ont présenté ce projet de loi devant la Chambre des députés : 3 jours par mois, les femmes souffrant de règles douloureuses pourraient obtenir des congés mensuels supplémentaires sur présentation d'un certificat médical valable pour une période de 1 an (et qui devra être renouvelé). 

Si l'idée nous enchante, il semblerait que les conséquences qu'elle puisse entrainer... beaucoup moins. Même s'il s'agit d'une avancée envers la femme et ses petits tracas tout à fait naturels, certains pensent que ce congé menstruel pourrait jouer en sa défaveur dans le monde du travail. La crainte suprême ? Que les employeurs soient encore plus tentés d'embaucher des hommes pour ne pas avoir à subir ces congés dans leur entreprise... 

L'idéal ? Que l'application du congé menstruel soutienne la condition féminine sans la pénaliser. On les verrait bien tiens, les hommes, travailler avec la sensation que Mohamed Ali s'entraîne aux uppercuts sur leur ventre ! 

Enjoy, 

Les Éclaireuses

 

 

Photo de couverture : ©WeHeartIt