Il y a eu une chute de 13% des naissances entre janvier 2020 et janvier 2021. Seulement 53.900 bébés ont vu le jour dans le pays lors du premier mois de l'année. Il est évident que cette chute est directement liée à la situation économique et sanitaire actuelle qui a créé une réelle fracture dans la société. 

Un "baby-boom" fantasmé qui n'arrivera finalement pas

Si tout le monde ironisait sur un éventuel baby-boom en sortie de confinement, les faits prouvent que les longues journées confinées n'ont pas poussé les couples à se reproduire. « Il s'agit d'une diminution exceptionnelle. Il n'y a aucun doute qu'il s'agit d'une répercussion de la pandémie » déclarait Gilles Pison, professeur au muséum national d'histoire naturelle. Par le passé, il y a déjà eu des baisses, infimes, dans les naissances sur le territoire, mais c'est la première fois depuis plus de 45 ans que la baisse atteint de tels chiffres. 

 

 

La cause de cette baisse de natalité ? Un sentiment d'incertitude qui ronge la population

C'est un schéma classique qui s'est souvent répété dans l’histoire, les grandes crises sociales et économiques mettent souvent à mal la natalité. Selon les démographes, cette baisse semble tout à fait normale au vu de la situation que nous traversons. L'incertitude quant à l'avenir est réelle et pousse les populations à se poser plus de questions et à mûrement réfléchir l'idée d'avoir un enfant. 

Un autre facteur notable, les centres de procréation médicalement assistée ont été fermés pendant toute la durée du premier confinement, faisant chuter, au passage, le nombre de naissances médicalement assistées.

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

 

Allons-nous connaître un rebond des naissances après la crise sanitaire ? 

Pour le moment, les données ne permettent pas de savoir s'il va y avoir une inversion de la courbe à la fin de la crise sanitaire. Par contre, les chiffres montrent que la France n'est pas un cas isolé. De nombreux pays, dont les États-Unis, la Corée du Sud, l'Espagne ou encore l'Italie connaissent eux aussi une chute notable de la natalité. Pour le moment, les démographes n'ont aucune visibilité sur la durée de ce phénomène et n'ont aucune certitude sur une éventuelle augmentation de la natalité en fin de crise sanitaire. 

Les Éclaireuses