Mercredi 25 septembre dernier, le Sénat a voté l'interdiction de l'élimination des invendus non alimentaires. Les vêtements, chaussures, produits de beauté ou encore produits électroménagers, au lieu d'être éliminés, devront donc être réemployés ou redistribués. Les invendus alimentaires étaient déjà très encadrés par les lois Garot et Egalim.

"Chaque année, près d'un milliard d'euros de produits non alimentaires non vendus sont détruits", s'est indignée Brune Poirson, la secrétaire d'État à la Transition écologique. Le projet de loi "lutte contre le gaspillage et économie circulaire" prévoit donc une obligation de réemploi, réutilisation ou recyclage des invendus non alimentaires. Le don est alors possible si la réutilisation n'est pas envisageable.

Dans tous les cas grâce à cette loi, ces invendus ne peuvent ni être envoyés à la décharge ni être incinérés. 

Le projet de loi voté par le Sénat devrait prendre effet à la fin de l'année 2021. Les sénateurs ont par ailleurs ajouté un barème de sanctions allant jusqu'à 3000 euros d'amende pour le non-respect des articles. Un encadrement suffisamment strict et qui devrait dissuader les producteurs, importateurs et distributeurs de gaspiller leurs invendus.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement