Pas de repos pour les animaux…

Les chasseurs pourront bénéficier de dérogations au confinement pour éviter la "prolifération" des sangliers ou de chevreuils. Ces animaux sont responsables d’importants dégâts sur les cultures d’après le secrétariat d’État à la biodiversité.

La secrétaire d’État Bérangère Abba a déclaré qu’il fallait éviter un accroissement des dégâts et a ajouté que “c’est uniquement à cette fin et sur demande de l’autorité administrative que des actions de chasse pourront avoir lieu dans les prochaines semaines”.

Après l’instauration du confinement, la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) a entamé des discussions avec les autorités pour mettre à jour sa mission de service public liée à cette régularisation du grand gibier. Ces actions de régulation seront décidées à échelle locales par les préfets de chaque département afin de fixer les objectifs de prélèvement. Pas de chasse à courre, la régularisation sera effectuée que par des battues et du tir à l’affût.

En France, au mois de novembre, 500 000 sangliers sont tués afin de réduire les dégâts dans les champs au printemps. Il est important pour les chasseurs de réguler ces espèces qui pourraient causer de nombreux problèmes pour notre agriculture. Les discussions avec les préfets pourraient concerner jusqu’à “six ou sept espèces susceptibles de poser des problèmes” dont le sanglier, le chevreuil mais aussi le lapin, les faisans ou même les pigeons dans certains départements.

Une chasse autorisée qui devrait se dérouler en suivant les conditions sanitaires et gestes barrières.

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News divertissement