Le foot serait-il au centre de tous les problèmes dans un couple ? C'est ce que révèle une étude menée par Gleeden, le leader de la rencontre extraconjugale en Europe. Le site de rencontre a profité de la (très controversée) coupe du monde de foot au Qatar pour sonder ses utilisatrices sur la question du foot à la télévision. Au total, ce sont près de 8 000 femmes qui ont été interrogées pour cette étude et il semblerait qu'une très large majorité s'accorde sur le fait que le foot, c'est souvent une source de dispute dans le couple : 88 % des répondantes ont d'ailleurs admis (sans aucune gêne) qu'elles s'étaient déjà disputées avec leur conjoint à cause d'un match. 

Le foot est si toxique qu'en plus de pousser les couples à se disputer, il incite également les hommes à complètement ignorer leur partenaire les soirs de match : 72 % des femmes interrogées avouent se sentir complètement transparentes et insignifiantes, tandis que 67 % d'entre elles préféreraient regarder autre chose à la télévision. Il semblerait d'ailleurs que le foot ait aussi des répercussions même après la fin du match.

L'humeur de certains hommes étant directement liée à la victoire de leur équipe, ces derniers, bougons que les joueurs n'aient pas écouté les conseils qu'ils ont hurlés pendant le match, préfèrent ruminer dans leur coin. Pour 48 % des compagnes, cette humeur massacrante d'après match est tout aussi désagréable que tout le reste.

Tout ça mis l'un dans l'autre, il n'est pas très étonnant que certaines femmes aient décidé de tourner la situation à leur "avantage". Pour certaines, il n'est pas question de rester sur le banc de touche, si leur compagnon n'est pas capable d'arrêter de regarder les 11 joueurs avec un air amouraché, ce n'est pas grave, elles ont une idée bien précise de comment occuper leur soirée.

Profiter de l'absence du conjoint pour se faire plaisir

Pour 71 % des femmes qui ont répondu au sondage mené par Gleeden, la solitude forcée les soirs de match est l'occasion parfaite pour prendre du temps pour elles. Pour 66 % d'entre elles, une soirée "copines" est de mise, mais pour 42 % des femmes, une soirée de match est l'occasion parfaite pour faire une nouvelle rencontre ou prévoir un moment avec son amant...

Seuls 18 % des sondées envisagent, ponctuellement, de regarder les matchs avec leur conjoint. 

In fine, le foot ne serait-il pas le meilleur allié pour les personnes infidèles ? Manifestement, c'est en période de coupe du monde que les inscriptions sur les sites de rencontres extraconjugales explosent. Solène Paillet, directrice de la communication chez Gleeden, a avoué qu'en 2018, il y avait eu une explosion des inscriptions féminines avec 112 % d'augmentation. Elle s'attend d'ailleurs à des résultats similaires cette année, avec des pics d'inscription les soirs de match de l'équipe de France.

Une raison de plus pour boycotter la coupe du monde ? 

Si les arguments ne manquaient pourtant pas sur la question du boycott de la coupe du monde au Qatar, celui de l'infidélité devrait peut-être pousser certaines personnes à reconsidérer leurs soirées "chips/bière/foot" au profit de quelque chose de plus inclusif pour leur partenaire. Cependant, il est pertinent de se demander si, finalement, le foot n'est pas juste une excuse pour légitimer une infidélité consommée ou désirée.

En juillet 2022, une autre étude Gleeden analysait l'infidélité des Français : 46 % des hommes sondés admettaient alors avoir déjà eu une relation extraconjugale, contre 38 % des femmes (+4 % en 8 ans). 

Si les femmes sont de plus en plus nombreuses à être infidèles (et que les motivations à aller voir ailleurs ne manquent pas), nous pouvons légitimement nous demander si, en définitive, la tromperie et les relations extraconjugales ne sont pas le sport préféré des Français...

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

Tags : News, News Société