Il est tout à fait envisageable que, dans les mois à venir, une troisième dose de vaccin soit nécessaire pour vraiment créer une barrière immunitaire. D'abord évoquée pour les personnes les plus à risque, cette troisième dose tendrait à se généraliser. L'alliance Pfizer/BioNTech compte demander l'autorisation d'ici quelques semaines. Cette nouvelle dose a pour but de renforcer la protection immunitaire chez les personnes déjà vaccinées. Cette protection immunitaire pourrait permettre de lutter contre les nouvelles formes de variant, comme le Delta ou l'Epsilon

Des essais cliniques encourageants

Manifestement, les différents essais d'administration d'une nouvelle dose seraient très concluants pour les chercheurs. Un rappel de vaccin 6 mois après les premières doses permettrait de considérablement augmenter la dose d'anticorps neutralisant chez les patients. Ces niveaux seraient 5 à 10 fois supérieurs par rapport à ceux observés après les deux doses aujourd'hui en vigueur. Cette augmentation d'anticorps neutralisants permettrait de lutter efficacement contre les variants considérés comme plus contagieux. La troisième dose permettrait d'ailleurs de lutter efficacement cintre le variant Beta, né en Afrique du Sud il y a quelques mois.

Une troisième dose pour éviter le déclin de l'immunité

Un rappel de vaccin 6 mois après les premières doses serait une bonne façon de lutter contre le déclin immunitaire qu'il pourrait y avoir quelques mois après l'administration. Mais, pour le moment, aucune étude ne peut confirmer cette théorie. Les différentes agences du médicament n'ont, pour l'instant, pas confirmé la nécessité de l'administration d'une troisième dose de vaccin. 

Cependant, Jean Castex a annoncé ce jeudi à Blois, lors d'un déplacement officiel, que les personnes les plus vulnérables auraient sans doute besoin d'une troisième dose. Aucune mesure officielle n'a, pour le moment, confirmé cette prise de position. 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : covid, News, News Bien-Être