C'est une expérience de grande envergure qui a été menée à Barcelone le 12 décembre dernier. Près de 500 personnes se sont réunies dans une salle de concert lors d'un évènement baptisé PRIMA-COV. Le but de la manœuvre était de se rendre compte si évènement culturel et pandémie pouvaient coexister. 

Suite au concert, l'ensemble des participants ont été testés. Il n'y a eu aucune contamination suite à l'évènement. Les 460 participants étaient tous négatifs. 

Cette expérience était encadrée par l'hôpital universitaire Trias i Pujol de Badalone et la Fondation de lutte contre le sida et les maladies infectieuses. Certaines règles avaient été établies en amont pour se rendre compte dans quelle mesure la situation était gérable ou dangereuse. 

Un évènement sans distanciation physique

Les participants avaient au préalable tous été testés négatifs au COVID-19. Une fois sur place, un protocole de ventilation optimisé a été mis en place pour renouveler l'air aussi souvent que possible et les participants avaient pour obligation de porter un masque FFP2. Le plus étonnant dans cette expérience, c'est qu'aucune mesure de distanciation sociale n'a été imposée lors de l'évènement. Suite aux résultats des tests 8 jours après le concert, les responsables de l'expérience ont pu mettre en lumière l'absence d'incidence de la distanciation physique ou non sur les contagions, du moment que chacun garde bien son masque et que la salle est "optimisée COVID", il n'y a pas plus de risque qu'ailleurs. 

Les résultats de l'expérience devraient sûrement permettre à certains gouvernements de revoir leur copie sur la question de l'ouverture des lieux culturels. C'est donc une lueur d'espoir pour un secteur à l'agonie depuis le début de la crise sanitaire. 

Les Éclaireuses

Crédits photo : SEBASTIEN BOZON / AFP