17 millions de vaccinations. C'est l'objectif que s'est fixé le gouvernement d'ici le mois de juin. Alors que les campagnes vaccinales commencent à être lancées aux quatre coins du globe, le gouvernement français se prépare depuis des semaines pour régler tous les détails de la future campagne française. 

Jusqu'à juin, nous serions donc contraints de vivre dans un quotidien rythmé par les masques, le gel hydroalcoolique et les tests. 

L'objectif du gouvernement, sous réserve que les doses de vaccin AstraZeneca soient livrées en temps et en heure, est de vacciner rapidement un maximum de Français pour atteindre le plus tôt possible une immunité collective qui permettrait de revenir à une vie similaire à celle de l'avant COVID-19. Bien que l'on n'ait pas encore de date précise à laquelle nous pourrons quitter les masques, les hypothèses pullulent chez les têtes pensantes. 

Ainsi, il faudrait qu'il y ait entre 17 et 27 millions de personnes vaccinées, et donc immunisées, pour espérer retrouver une "vie normale". 

 

Ce qui s'avère être une épreuve de taille lorsque l'on se fie aux enquêtes sur la confiance des Français vis-à-vis du vaccin. Selon un sondage Ifop datant du 3 décembre, 61% des Français seraient méfiants à l'égard de la vaccination anti-covid. 

Tout n'est donc pas gagné pour le gouvernement qui, malgré l'établissement des objectifs, n'a aucune certitude quant à la coopération des Français. Pour motiver les troupes, certains députés ont évoqué la création d'un "passeport vert", qui ne serait délivré qu'à la suite d'une preuve vaccinale et qui permettrait au détendeur de reprendre une vie normale. Un sujet source de nombreux débats, dont celui de la liberté de mouvement et la protection des données de santé.

Les premières vaccinations sur le territoire devraient pourtant démarrer la dernière semaine du mois de décembre. La campagne française s'articulera autour de trois grandes vagues vaccinales : la première donnera la priorité aux personnes âgées, la seconde sera pour un panel plus large et la dernière phase, au printemps, donnera la possibilité à l'ensemble de la population de se faire vacciner. 

Les Éclaireuses