Bien que la situation semble s'améliorer, le personnel hospitalier est encore épuisé par la première vague de l'épidémie. Le visage lacéré par les masques, les mains asséchées par le gel hydroalcoolique, le matériel pas toujours adéquat utilisé, le personnel soignant est épuisé mais très loin d'abandonner

Kathryn raconte sur Twitter le bilan de 8 mois passés en service Covid-19. Fraîchement diplômée, la jeune femme de 27 ans a commencé sa carrière d'infirmière au tout début de la pandémie. 

Elle partage une photo de son visage prise juste avant qu'elle ne reçoive son diplôme en avril, accompagné d'une photo récente de son visage marqué par les cicatrices causées par le port prolongé de son masque. 

Un Avant/Après qui a été retweeté 52 000 fois ! Il témoigne des conditions difficiles du personnel hospitalier qui traitent les patients atteints du Covid-19. Elle affirme que sa pire cicatrice, une plaie rouge et rugueuse sur son nez, disparaît juste avant qu'elle commence son service de 12 heures et demie. Cette infirmière, travaillant dans un hôpital du Tennessee, a connu la première vague de cas en juillet et est maintenant au milieu d'une autre vague. Attristée par la désinformation des médias et les théories complotistes, Kathryn redoute que la situation empire après Thanksgiving et les fêtes de Noël. 

Une prise de conscience généralisée doit avoir lieu. Car même si les retrouvailles sont autorisées pour les fêtes de fin d'année, il est impératif de respecter les mesures barrières afin de protéger ses proches.


Les Éclaireuses

 

Kathryn
Kathryn