C'est une véritable icône qui va rejoindre aujourd'hui les murs du Panthéon. Joséphine Baker trônera ce soir aux côtés de ses consœurs Simone Veil et Marie Curie. C'est en femme libre que Joséphine entre dans le temple des grands hommes (et grandes femmes), symbole d'une liberté décomplexée et d'une joie de vivre sans faille. 

Mais, ce n'est pas tant pour ses prouesses artistiques ou sa carrière internationale que Joséphine Baker entre dans les murs de l'histoire, mais pour l'ensemble de ses actions et pour son engagement pour des causes nécessaires.

Une femme profondément engagée

Arrivée d'Amérique à tout juste 19 ans, Joséphine découvre qu'à Paris, la séparation raciale n'existe pas. Alors que les États-Unis sont rongés par la ségrégation, la France, elle reste un pays libre où tout le monde (ou presque) a sa chance. Elle chérit cet esprit de tolérance, qui la pousse même à prendre la parole aux côtés de Martin Luther King en 1963 lors de la marche pour les droits civiques. Toute sa vie, elle se bat contre le racisme, fustige les actions du Ku Klux Klan dans son pays de naissance et rêve d'un monde idéal où chaque humain est égal.

 

Une espionne pour la France

Peu le savent, mais pendant la Seconde Guerre mondiale, Joséphine Baker s'est battue, dès 1940, aux côtés de la Résistance pour servir la France Libre. C'est dans ses partitions qu'elle a caché les plans des ennemis de la France. Elle a ainsi permis à l'armée française de glaner bon nombre d'informations militaires utiles et a été honorée de la médaille de la Résistance à la fin de la guerre pour la remercier de sa dévotion envers sa patrie d'adoption.

 

Un symbole d'émancipation

Il y en avait peu des femmes qui, à l'époque, en 1925, se baladaient juste vêtues d'une ceinture de banane. Profondément décidée à mener sa barque comme une femme libre, elle a oeuvré, toute sa vie, pour faire tomber les a priori autour des femmes, des normes sociales et de la pudeur rigoriste. Elle a tourné en dérision les remarques misogynes, joué habilement des clichés racistes sur les femmes de couleur pour creuser son trou. C'est sûrement grâce à cette fraîcheur, son franc parlé et, surtout, son talent que Joséphine est devenue la première femme de couleur connue à l'internationale et une véritable icône du music-hall.

 

À 17h30, Joséphine Baker rejoindra les murs du Panthéon

C'est en fin de journée que la cérémonie de panthéonisation aura lieu. Accompagnée de sa très célèbre chanson "J'ai deux amours, mon pays et Paris", Joséphine Baker rejoindra les murs de l'histoire de France et les 5 autres femmes ayant eu l'honneur d'entrer au Panthéon. Le chef de l'État souhaite que cette cérémonie mette en lumière "l'esprit Français" divinement incarné par Miss Baker tout au long de sa vie.

 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

 

Tags : News, société, féminisme