Au Texas, il semble qu'un retour dans les années 50 soit de mise, surtout en ce qui concerne le corps des femmes. La loi anti-avortement ,longuement évoquée durant le mandat de Donald Trump, a finalement été adoptée au Texas.
Ainsi, dès la sixième semaine de grossesse, il sera impossible pour les femmes de procéder à une IVG même en cas d'inceste et de viol. C'est la loi la plus restrictive depuis 1973.

Une loi puritaine qui est unanimement critiquée

Le problème, c'est que le cycle d'une femme dure en moyenne 4 semaines. Ainsi, avant de se rendre compte d'une potentielle grossesse, les 6 semaines accordées par cette loi sont généralement déjà passées. C'est donc un moyen détourné de tout simplement interdire l'avortement pour les femmes. Mais ce n'est pas tout, puisque la loi encourage même les habitants de l'état à dénoncer femmes et cliniques à la moindre suspicion.
Pour contrer cette décision, des associations "pro-choice" ont même saisi la Cour suprême, sommet du pouvoir judiciaire aux États-Unis, sans succès puisque la plupart des juges de la Cour suprême sont conservateurs et donc en faveur de cette loi.

Et une jeunesse qui se mobilise sans relâche

Malgré tout, la résistance s'organise, et sur Tik-Tok, une communauté entière s'est créée. Son but : rendre impossible la dénonciation des avortements via le site dédié.
Sean Black, un jeune habitant du Texas a même mis en place un code informatique qui envoie continuellement au site des spams et des fausses dénonciations, avec pour objectif de le rendre hors service. À sa grande surprise, son action a été relayée et suivie par des milliers d'autres jeunes américains.

@black_madness21

##stitch with @victoriahammett I’ll see if I can add some multithreading to speed up this process

♬ original sound - Sean Black

En réponse à ces nouvelles lois, la Maison-Blanche promet de protéger les cliniques qui pratiqueraient les avortements.

Les Éclaireuses

 

 

 

 

 

Tags : grossesse, News Bien-Être, santé