Les esprits sont à la préparation des fêtes et, si le gouvernement a accepté depuis peu un déconfinement partiel pour aller faire ses emplettes à mettre sous le sapin de Noël, le nombre de contaminations semble stagner après une baisse significative. 

Le discours du président Macron du 24 novembre a été clair et concis : 5 000 contaminations et 3 000 patients en réanimation sont nécessaires pour opter pour un déconfinement, or les comptes n'y sont pas. En effet, si un ralentissement a été constaté depuis le deuxième confinement, ces derniers jours, le nombre de cas COVID n'a cessé d'augmenter. Avec 11 022 contaminations en 24 heures, l'objectif posé par le président semble inatteignable.

À une semaine de la date butoir donnée par le président, les courbes montrent que le nombre de cas stagne. Si la campagne pour le vaccin est déjà en cours, le retour à la normale n'est pas encore programmé pour maintenant.

"Le virus circule toujours, donc atteindre 0 contamination par jour est irréaliste. Il faut trouver une valeur qui permet de relâcher toute tension sur les services de santé. Le seuil des 5000 cas par jour paraît relativement raisonnable", déclare Djillali Annane, une chef d'un service de réanimation. 

Si 90% des lits en réanimation sont occupés, il y a tout de même une bonne nouvelle, le nombre de personnes en réanimation n'atteint pas les 3 000 cas et est en légère baisse. Ce qui permet de réduire le nombre de décès à 237 morts par jour au lieu de plus de 1 000 fins novembre.

Les Éclaireuses

 

Source Photo : Aaron Lavinsky Source Photo : Aaron Lavinsky