Environ 15% de la population serait atteinte d’alexithymie. Cette maladie se définit par la difficulté à identifier, différencier et exprimer ses émotions ou ses ressentis.

Alors, même si pour la plupart d’entre nous, nous n’en sommes pas à ce stade, il n’est quand même pas toujours simple d’exposer aux autres ses émotions, ses désirs, ses sentiments et le plus souvent ses mécontentements.

Pourtant, exprimer ses émotions serait une guérison en soi très souvent libératrice, mais la peur, l’appréhension et le jugement des autres ont trop fréquemment tendance à nous bloquer.

Voici 5 clés pour vous aider à résoudre vos problèmes avec vous-même et à construire des relations sur des bases saines !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Accordez de l’importance à vos émotions

-

Chez certaines personnes, exprimer ses émotions relève de la faiblesse. Sachez pourtant qu’au contraire, partager ce que vous ressentez vous rendra plus forte. Rester dans l’action est essentiel. Si vous ne donnez pas de l’importance à vos émotions et que d’une certaine manière vous les « ravalez » dans la passivité, un état émotionnel néfaste va vous envahir et vous risqueriez bien d’exploser ! Et personne n’a envie d’exploser au beau milieu d’un déjeuner familial, d’une soirée entre amis ou d’une réunion au bureau.

 

2. N’accumulez pas de la frustration en reculant la date d’échéance

-

Le plus important pour éviter de passer par la case « goutte d’eau qui fait déborder le vase », on vous conseille vraiment de ne pas trop attendre lorsque vous ressentez le besoin de dire quelque chose à quelqu’un. Vous limiterez ainsi les risques que cela ressorte de manière maladroite et incontrôlée. On ne vous dit pas de libérer tout un flot de paroles intimes et de larmes durant un rendez-vous professionnel, mais cherchez les moments opportuns et les bonnes personnes pour lâcher prise.

 

3. Prenez conscience de vos émotions au moment de les partager

-

Il est très courant que les personnes qui se sont enfin exprimées sur leurs émotions ressentent une vague de culpabilité les envahir. Pour éviter cette sensation, prenez conscience de ce que vous dîtes et de la façon dont vous l’amenez. Le respect est la base de toute relation, donc apprenez à communiquer de manière courtoise sans vouloir vous libérer à tout prix et finir par être blessante et sans pitié pour ceux qui vous entourent.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4. Ne vous attardez pas sur le passé

-

La définition même d’une émotion se définit par son instant T. En revanche, si cette émotion persiste dans le temps elle devient alors un état émotionnel. Alors si vous êtes remplie de joie, tant mieux, on dirait même : profitez-en puisque c’est souvent pendant ces périodes que l’on s’épanouie le plus et qu’on déborde de créativité. A contrario, si c’est un état émotionnel qui vous ronge et qui génère des angoisses, voire des déprimes passagères, ce n’est pas bon. À ce moment précis, la seule chose à faire c’est prendre de la hauteur, du recul, bref de la distance. Vous vous rendrez vite compte que vous avez rendu dramatique quelque chose qui n’en avait pas l’envergure.

 

5. Prêtez attention à l’environnement qui vous entoure

-

Nous avons appris à grandir dans un environnement très codifié avec des règles et des non-dits. Il faut se faire confiance à soi-même et s’éloigner de ce carcan social qui nous empêche d’être pleinement nous-même et qui nous restreint sur notre réelle personnalité, nos réelles opinions et surtout nos réelles émotions. Si parfois cela semble plus facile à dire qu’à faire, rappelez-vous d’où vous venez, de qui vous êtes et de qui vous aime. Des ailes devraient vous poussez dans le dos, et vous n’aurez plus peur d’assumer (dans le respect de chacun) vos ressentiments.