Une vidéo montrant la violence du dressage des éléphanteaux destinés à être employés pour le tourisme en Thaïlande a été diffusée par des écologistes, demandant l’arrêt de ces pratiques.

Les éléphants sont des animaux sauvages. Pour les dresser, le dompteur, le « mahout », doit réussir à faire soumettre l’animal. Pour cela, il utilise la technique du « phajaan » qui consiste à « briser son esprit ». Les éléphanteaux sont séparés de leur mère, enfermés dans un enclos étroit et maintenus par des chaînes et cordes, soumis à un stress important.

« Le but est d’obtenir une domination complète grâce à des récompenses et des punitions. Il faut lui faire comprendre que désobéir est douloureux », explique Jan Schmidt-Burbach de la World Animal Protection (WAP), ce qui inflige à l’animal des « dommages physiques et psychologiques ».

Sur la vidéo filmée en caméra cachée et dévoilée par le groupe britannique de défense des animaux, la WAP, on y voit le mahout piquer un jeune éléphant avec une tige surmontée d’une pointe aiguisé en métal pour lui faire comprendre les commandes de base.

En Thaïlande, près de 3 000 éléphants sont employés pour l’industrie du tourisme, ce qui est 30% de plus qu’il y a 30 ans. Si l’éléphant sauvage est protégé, le véritable manque de réglementation transforme l’éléphant domestiqué en simple bétail.

Avec la crise du coronavirus, de nombreux pachydermes au chômage et menacés par la faim ont pu fuir pour retourner dans leur village natal. Une histoire sans précédent qui laisse les écologistes espérer que la place des éléphants domestiques pourra être reconsidérée.

« Il faut absolument promouvoir davantage un tourisme fondé uniquement sur l’observation », relève Jan Schmidt-Burbach. 

Les Éclaireuses

 

Tags : News divertissement