Voilà une activité physique qui devrait faire du bruit.

Les Saoudiennes ont toujours eu une liberté très limitée, créant maintes et maintes fois débats et litiges. Mais, depuis quelques années, l'Arabie Saoudite souhaite corriger cela, son objectif étant d'être mieux perçue à l'échelle mondiale, elle ne cesse de remettre en cause les droits des femmes.

Quant aux femmes, elles s'impatientent et font tout pour faire accélérer les choses, faire évoluer les mentalités... Comme en pratiquant la pole dance.

Des cours de pole dance pour défier les préjugés

En effet, depuis quelque temps, ce sport, aussi sensuel que tonique, s'est installé à Riyad"Nous avons commencé les cours de pole il y a deux ans, dès l’ouverture de notre salle de sport. Au début, il y avait un problème dû au faible nombre d’entraîneurs. Nous avons dû faire plusieurs sessions pour former certaines coachs, afin d’en avoir qui puissent en former d’autres", explique May al-Youssef, propriétaire d’un studio de pole dance, à Le Parisien. Un véritable symbole pour les Saoudiennes, pour lesquelles il était jusqu'ici impensable de pratiquer cette discipline.

 

 

Une activité qui fait parler

Évidemment, cette nouveauté divise. Bien que beaucoup de Saoudiennes la perçoivent comme une évolution d'envergure, d'autres campent sur leurs positions, n'hésitant pas à exprimer leur mécontentement. "Quand j’ai dit à mes parents que je voulais commencer la pole dance, ils étaient totalement contre. Ils ont commencé à me dire que c’était comme ce qu’on voit à la télé et dans les films. Puis, après quelques leçons, je leur ai montré les vidéos et leur ai dit que se hisser sur une barre n’était pas une chose facile", raconte Nada, une danseuse de 28 ans, à l'AFP et l'HuffPost.

La pole dance a encore certainement un bon bout de chemin à parcourir avant d'être totalement acceptée et démocratisée dans le pays. Cela dit, cette tendance signe tout de même une avancée significative...

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : danse, société, News Société