S'il est impossible de nier qu'il y aura de véritables répercutions sur le long terme des différentes restrictions sanitaires liées à la pandémie, surtout sur le plan psychologique, sommes-nous pour autant tous égaux face à l'impact du confinement sur notre santé mentale ?

Une étude publiée par Santé publique France le 20 mai dévoile l'impact de la pandémie et des différents confinements sur la santé mentale de la jeunesse française. Publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, cette étude a été réalisée auprès de 3989 enfants et adolescents âgés de 9 à 18 ans. 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

Les filles plus impactées que les garçons par le confinement

Selon les résultats de l'étude, on considère que 32,7% des jeunes filles ont connu plus de difficultés lors de l'endormissement contre 21,9% des garçons. L'alimentation a également été plus impactée chez les filles (26,4%) que chez les garçons (13,5%). 

Mais, le plus gros clivage entre les garçons et les filles se trouve dans la question de la difficulté émotionnelle. Les jeunes filles ont été particulièrement impactées du point de vue émotionnel : elles ont ressenti plus de tristesse, elles étaient plus nerveuses, plus fatiguées... Des symptômes qui ont tout du spleen baudelairien. 

Comment expliquer cette différence ?

Encore une fois, il est question de charge mentale mais aussi de conditionnement. On invite plus tôt et plus régulièrement les jeunes filles à se soucier des choses et à rester à l'écoute de leur environnement. Les garçons, en général, ont plutôt tendance à se laisser porter. La répartition genrée des tâches est aussi l'une des causes d'un impact mental et émotionnel plus fort chez les jeunes filles, les vieilles habitudes ont la vie dure. 

Il faut également noter que l'impact est encore plus fort et plus destructeur chez les adolescents, selon l'enquête. Les jeunes étant, à cette époque, en pleine construction d'identité et de repères, il est certain que cette crise sanitaire aura un impact notable sur toute une génération (sacrifiée). 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : covid, News, News Bien-Être