Ce sont plus de 90 femmes qui avaient accusé Harvey Weinstein, ancien producteur de cinéma, de viol et/ou d'agression sexuelle. Point de départ du mouvement #MeToo, ce scandale a connu de nombreux rebondissements. Déjà condamné en 2020 à 23 ans de prison, l'homme a de nouveau été jugé le 19 décembre 2022 pour de nouvelles accusations de viol et d'agressions sexuelles à l'encontre de la même femme.

Le procès s'est tenu à Los Angeles. Sa peine n'a, pour le moment, pas été définie, mais il encourt jusqu’à 24 ans de prison supplémentaires qui viendront s'ajouter à sa peine initiale. L'ancien homme de cinéma est également inculpé pour les mêmes motifs au Royaume-Uni.

Deux semaines de délibérations pour les jurés

Pour ce procès, 4 femmes se sont présentées à la barre pour accuser Weinstein d'agressions. Si l'homme a été considéré comme coupable pour ce qu'il a fait subir à la première des 4 accusatrices, les jurés ont considéré que les accusations de la seconde plaignante n'étaient pas assez solides et ont considéré l'homme non coupable. Pour les deux autres femmes, aucun verdict n'a pour le moment été rendu par les jurés. 

Les accusations des 4 femmes, anonymes, étaient similaires. Elles accusent le producteur de les avoir contraintes à avoir des relations sexuelles avec lui dans des hôtels à Beverly Hills entre 2004 et 2013.

Des audiences longues et éprouvantes

Pour les victimes, les procès ont été particulièrement difficiles. Les audiences ont souvent été interrompues par les larmes des victimes. Pour le procureur, il n'y a pas de doute sur le cas Weinstein : "Il n’y a aucun doute qu’Harvey Weinstein était un prédateur (…) Et comme tous les prédateurs, il avait une méthode." C'est d'ailleurs pour cette raison que l'on observe de nombreuses similarités dans les témoignages des victimes.

L'ex-producteur, bien que convoqué à l'audience, a refusé de se présenter pour témoigner. Il a cependant assuré que toutes ses accusatrices étaient consentantes. Comme à son habitude, sa défense se base quasi essentiellement sur la discréditation et la mise en doute des paroles des plaignantes. Pour lui, deux des quatre accusations n'ont jamais eu lieu et pour les deux autres, les femmes étaient consentantes en échange de faveurs à Hollywood.

Les juges doivent encore trancher sur la durée de la peine additionnelle de Weinstein. Un appel a également été prononcé sur son précédent procès datant de 2020 à New York. L'affaire devrait donc à nouveau être jugée dans les mois qui viennent.

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News, News Société