Avant l'heure, ce n'est pas l'heure. Et après l'heure, ce n'est plus l'heure. Si le dîner avait une devise, ce serait celle-ci.

On nous rabâche sans cesse de ne pas manger trop tard, de nous laisser le temps de digérer... Mais lorsque nous mangeons en début de soirée, passent trois heures et notre ventre se met, à nouveau, à gargouiller.

Alors, dans quel camp doit-on se ranger ?

C'est ce qu'une étude publiée dans Cell Metabolism, et relayée par Grazia, révèle, ainsi que les effets qu'un dîner à la bonne ou mauvaise heure peut avoir sur notre corps.

L'heure idéale pour dîner !

Ainsi, selon les chercheurs de cette étude, manger à une certaine heure favoriserait une bonne digestion, un bon métabolisme. Un coup à prendre, surtout lorsqu'on souhaite s'affiner ou se stabiliser : cette habitude fait partie des pratiques les plus efficaces et faciles à adopter.

Mais alors, quelle est cette fameuse heure ? Pour la découvrir, ils ont demandé à 16 personnes en surpoids âgées de 20 à 60 ans de dîner à 18h dans un premier temps. Dans un second temps, à 22h. Le résultat étant que, le lendemain du premier cas, l'hormone de satiété des participants était bien plus élevée qu'au lendemain du second. Nous qui pensions que manger tôt donnait faim, nous avions tout faux : c'est justement en mangeant tard que nous risquons, dans la nuit, de multiplier les écarts.

Manger tard : des risques d'obésité

Si manger tôt peut conduire à une perte du poids, manger tard, à l'inverse, peut nous faire en prendre. Et ce, qu'importe le menu. "Nous nous sommes demandé : l’heure à laquelle nous mangeons est-elle importante lorsque tout le reste est cohérent  ? Et nous avons constaté que manger quatre heures plus tard fait une différence significative pour notre niveau de faim, la façon dont nous brûlons des calories après avoir mangé et la façon dont nous stockons les graisses", explique la Professeure Nina Vujovic.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

Tags : News Bien-Être, bien manger, news food