Si pendant longtemps la dépression post-partum n'était pas ou peu considérée par le corps médical, dès 2022, un suivi sera systématique pour toutes les nouvelles mamans afin de prévenir l'apparition de cette dépression. C'est le secrétaire d'État à l'enfance, Adrien Taquet, qui a déclaré la mise en place de cette nouvelle mesure le 28 septembre.

Ce suivi sera effectué par les professionnels de santé : médecins traitants et sages-femmes seront chargés de repérer les éventuels symptômes de la dépression post-partum, et ce, 12 semaines après la naissance de l'enfant. Si les signes de dépressions sont repérés par le corps médical, la jeune maman sera alors accompagnée par un psychiatre ou un psychologue pour éviter de sombrer dans un profond état dépressif. Actuellement, on considère que 15% à 30% des jeunes mères souffrent de ce mal trop longtemps passé sous silence. Les jeunes papas ne sont pas en reste, 18% d'entre eux souffriraient d'un état dépressif dans les semaines qui suivent la naissance de l'enfant.

 

Un diagnostic encore trop rare

Si le terme de dépression post-partum est connu depuis longtemps, trop peu de jeunes mamans sont diagnostiquées pour ce mal. Selon les chiffres officiels, il n'y aurait que 5% des mamans qui auraient été diagnostiquées comme souffrant d'un état dépressif à la suite de la naissance de leur enfant. Pire, 78% des parents admettent ne jamais avoir été sensibilisés sur la question de la dépression post-partum par le corps médical lors des rendez-vous précédant la naissance. OpinionWay a mené une large enquête sur la question et les chiffres relatifs à la dépression sont édifiants. On se rend compte que la santé mentale des jeunes parents n'a jamais réellement été considérée, augmentant au passage les cas de suicide chez les jeunes mamans (en 2021, on considère que le suicide maternel est la deuxième cause de mort des jeunes (ou futures) mamans).

 

L'objectif de ce rendez-vous de suivi : accompagner les familles face aux éventuelles difficultés

Cette nouvelle mesure vient complémenter le plan des "1000 jours" mis en place en 2019. Ce plan a pour but d'accompagner les familles pendant les 1000 premiers jours (crutiaux) de vie des enfants. C'est pendant cette période que le lien entre l'enfant et les parents va se créer. Pendant ces 1000 premiers jours, l'enfant va commencer à créer un attachement solide envers ses parents, c'est à ce moment-là que la construction réelle de la psyché commence, c'est pour cette raison qu'il est important de porter une attention particulière aux parents lors de cette période pour qu'ils aient la possibilité de créer un environnement favorable pour la construction et l'évolution de l'enfant. Une application est d'ailleurs disponible pour les jeunes parents en recherche de repères et/ou d'accompagnement. Cette attention particulière portée aux parents et aux jeunes enfants permettrait de limiter l'impact pédopsychiatrique et, sur le long terme, les éventuelles dérives psychologiques tout au long de la construction des enfants.

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News, News Bien-Être, société