Instauré pour deux semaines, le couvre-feu à 18h semble montrer des signes d'inefficacité. Notamment à cause des différends variants, présentés comme plus virulents et contagieux - cependant, il n'y a aucune certitude pour le moment que les variants présentent un taux de mortalité supérieur au virus original. Bien que l'allocution du président de la République ait été repoussée, il semblerait que plusieurs scénarios soient à l'étude pour les semaines à venir. 

Un retour du confinement "strict" ? 

Parmi les différentes hypothèses de mesures, le retour à un confinement strict - comme au mois de mars - semble être à l'étude. Même si cette hypothèse a été présentée comme "peu probable" par le gouvernement, la question reste tout de même en suspend. Le président de la République veut se laisser du temps pour étudier les différentes pistes et a demandé des études épidémiologiques complémentaires pour évaluer quel serait le scénario le plus efficace pour stopper l'évolution de l'épidémie. 

Une multitude d'alternatives sont envisagées

Il semblerait que le gouvernement hésite encore entre 4 scénarios, à savoir le maintien d'un couvre-feu la semaine et un confinement le week-end, un confinement comme celui du mois de novembre, une version qui ne viserait qu'à confiner les personnes les plus à risque et une version plus musclée, sans pour autant parler d'un confinement strict équivalent à celui du mois de mars. 

Il semble que, pour le moment, le gouvernement soit encore en pleine hésitation et que le choix de la stratégie ne soit pas encore fixé. 

Des émeutes qui traduisent un ras-le-bol général

L'une des raisons éventuelles des hésitations du gouvernement vient peut-être des différents mouvements contestataires qui ne cessent d'éclater en réponse des différentes mesures sanitaires à travers la planète, d'Israël au Liban, en passant par les Pays-Bas, les gens commencent à exprimer - plus ou moins violemment - leur ras-le-bol face à la situation sanitaire. En France, la création du hashtag #JeNeMEConfineraiPas traduit elle aussi une lassitude évidente du peuple. De nombreuses vidéos appelant les restaurateurs à rouvrir ou encourageant les gens à ne plus prendre en considération des directives du gouvernement commencent également à apparaître sur les différents réseaux sociaux. Ces facteurs ne rendent la situation que plus délicate à gérer pour le gouvernement - sans parler de la détresse étudiante qui commence à devenir très préoccupante. 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : covid