Comme l'Allemagne et d'autres pays d'Europe, la France a décidé de suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca à titre préventif. La cause ? L'apparition d'effets secondaires chez certains patients vaccinés, comme l'apparition de caillots sanguins. 

Emmanuel Macron suit donc le mouvement général, amorcé depuis quelques jours. C'est l'Autriche qui, le 8 mars, a suspendu en premier l'administration de ce vaccin.  

La suspension de ce vaccin est à titre préventif. Aujourd'hui, rien ne prouve réellement qu'il y ait une corrélation entre l'apparition de ces symptômes et la composition du vaccin. Il y a, certes, un enchaînement chronologique, mais rien pour le moment ne prouve qu'il y ait un lien de cause à effet. 
 

L'Allemagne a d'ores et déjà demandé une nouvelle analyse du vaccin AstraZeneca

 
En Allemagne, la suspension du vaccin a été décidée "après de nouvelles informations concernant des thromboses de veines cérébrales en lien avec la vaccination en Allemagne et en Europe". C'est à l'agence européenne du médicament de trancher pour savoir si ces effets secondaires sont bien liés à l'utilisation de ce vaccin et s'il est nécessaire de suspendre définitivement l'utilisation de ce vaccin. 
 
 

Le laboratoire de production d'AstraZeneca assure que son vaccin est sûr

 
Bien que de nombreux pays aient décidé de jouer la prudence, le laboratoire qui a conçu et fabriqué le vaccin assure qu'il n'y a aucun lien avéré entre l'apparition des caillots chez les patients et la vaccination à l'AstraZeneca. "Il n’y a pas d’augmentation du phénomène de caillot sanguin ici au Royaume-Uni, où la plupart des doses en Europe ont été administrées jusqu’à présent", a déclaré le professeur Andrew Pollard, spécialisé en infection et immunité à l'Université d'Oxford. Près de 17 millions de personnes ont déjà reçu le vaccin AstraZeneca et on ne rapporte pour le moment pas plus d'une centaine de cas de patients ayant présenté l'apparition de caillots sanguins. 
 
Cette affaire sanitaire survient en même temps que l'autorisation d'un troisième vaccin sur le sol européen, le Johnson & Johnson. En France, on comptabilise près de 1,3 million de personnes ayant d'ores et déjà été vaccinées avec l'AstraZeneca. 
 
Les Éclaireuses
 

 

 
 

 

Tags : covid, coronavirus, News Bien-Être