Une nouvelle journée dans le patriarcat commence.

Paris Match a décidé de mettre Angèle, la fameuse chanteuse belge aux 730 000 albums vendus en France en 2019, en couverture du nouveau numéro de Paris Match. D'ici là, rien de mal, on est ravies. Sous une photo d'Angèle dans un ensemble rose, on peut lire : "Génération Angèle" et "la nouvelle idole des jeunes". 

Sur ce point-là, on est totalement d'accord, Angèle a marqué les esprits et représente maintenant une personnalité importante. Par contre, ce qui n'est pas passé, c'est la petite phrase qui a suivi "Subversive mais pas agressive", que Cheek Magazine a repérée. Derrière ça, on ressent une malsaine validation du féminisme de la chanteuse de la part des lecteurs de ce magazine.

Pourtant, son engagement n'est pas caché, elle le montre fièrement et sa chanson "Balance ton quoi" a été chantée de nombreuses fois lors de manifestations féministes.

Cheek Magazine a ajouté brillamment "Dans "Subversive mais pas agressive", l’allusion est limpide. Et même si le mot “féminisme” n’est écrit nulle part, pas besoin d’avoir une thèse en gender studies pour comprendre le label de “bonne féministe” que Paris Match essaye d’attribuer à Angèle et son visage photogénique, faisant justement écho aux paroles de Balance ton Quoi. “Les gens me disent à demi-mot / Pour une fille belle t’es pas si bête /Pour une fille drôle t’es pas si laide…”".

On espère qu'il s'agit juste d'une "maladresse", même si on en doute fortement. Une chose est sûre, on a hâte de voir la réaction d'Angèle face à cette couverture... 

Et elle a répondu. Vous vous en doutez, la jeune chanteuse n'a pas apprécié cette couverture. L’artiste dénonce une photo « une photo de 2018 jamais validée » et un titre « sexiste » en ironisant sur le fait de ne pas faire partie de « ces vilaines féministes violentes et hystériques ». OK Boomer !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

-

-