La grossophobie a encore frappé et une sombre histoire scandalise la toile depuis quelques jours. L’objet de la controverse ? Le danseur ballet russo-ukrainien Sergei Polunin, âgé de 29 ans.

Convié à l’Opéra de Paris le mois prochain pour danser au mythique spectacle « Le lac des cygnes », il n’est finalement plus le bienvenu et l’institution a littéralement préféré annuler sa venue.

Ce n’est pas la première fois qu’il se retrouve au centre d’une lourde polémique puisqu’il y a peine quelques mois de ça, il avait choisi de se faire tatouer sur le torse le portrait de Vladimir Poutine, ouvertement homophobe.

Et les propos qu’il tient sur les réseaux sociaux ont de quoi faire réagir : « Voici une suggestion : giflons les gros quand on les voit, cela les encouragera à perdre de la graisse. Je n'ai pas de respect pour la paresse ». Il ne s’arrête pas là et ajoute : « À tous les hommes qui font du ballet, il y a déjà des ballerines sur scène. Un homme doit être un homme, et une femme, une femme. C'est la raison pour laquelle vous avez des couilles. C'est pareil en dehors du ballet, les mecs, qu'est-ce qui ne va pas chez vous ? Les femmes essaient de jouer le rôle de l'homme parce que vous ne les baisez pas et parce que vous êtes gênants. Les hommes sont des loups. Arrêtez d'être faibles. (...) Vous avez besoin d'une bonne claque pour vous réveiller ».

Pourtant brillant danseur étoile et repéré pour la première fois par le grand public grâce à sa prestation de danse dans le clip « Take me to church » qui raconte l'histoire tragique d'un couple homosexuel (une vidéo visionnée plus de 26 millions de fois sur Youtube), il est surnommé l’enfant terrible du ballet suite à ses nombreux dérapages, mais également à cause de ses problèmes avec la drogue et l’alcool.

Les Éclaireuses