Chaque jour, ils passent de nombreuses heures sur TikTok, Snapchat, Instagram, Facebook ou encore Twitter. Les adolescents sont accros aux réseaux sociaux, mais quel impact cet usage peut-il réellement avoir sur eux ? Si depuis plusieurs années, les spécialistes alertent sur l'utilisation intense, qui peut donner lieu à des troubles du sommeil ou accentuer l'anxiété, elle peut aussi avoir des conséquences directes sur le développement du cerveau chez les plus jeunes.

L'usage des réseaux sociaux aurait un impact sur le développement du cerveau

Une récente étude, publiée le 2 janvier 2023 dans la revue JAMA Pediatrics, s'intéresse à l'usage des réseaux sociaux chez les plus jeunes et les répercussions qui en découlent sur le cerveau. Des chercheurs américains de l'université de Chapel Hill en Caroline du Nord ont suivi, pendant trois ans, 169 élèves recrutés au sein des écoles publiques. Au début de l'étude, les élèves ont indiqué leur fréquence d'utilisation de Facebook, Instagram et Snapchat, où ils se rendaient entre une et vingt fois par jour.

Les réseaux sociaux rendraient les adolescents plus sensibles

Pour observer l'impact des réseaux sociaux, les chercheurs ont effectué plusieurs IRM durant les trois années d'étude. Lorsque les adolescents jouaient à un jeu vidéo délivrant des récompenses ou des punitions, leur cerveau était analysé. De la sorte, ils ont découvert que ceux qui utilisaient le plus les réseaux sociaux avaient tendance à être plus sensibles face aux réactions sociales

"Les résultats suggèrent que les enfants qui grandissent en consultant plus souvent les médias sociaux deviennent hypersensibles aux commentaires de leurs pairs", a expliqué Eva Telzer, auteure principale de l'étude, dans un communiqué.

Se rendre trop fréquemment dans la journée sur Facebook, Instagram et Snapchat, agirait négativement sur le développement du cerveau des plus jeunes. "Nos recherches démontrent que la vérification des comportements sur les médias sociaux pourrait avoir des conséquences importantes et de longue date pour le développement neuronal des adolescents", ajoute Mitch Prinstein, co-auteur de l'étude.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : enfant, santé, Maternité, Santé Mentale