6 choses qui prouvent que le petit dernier de la famille est souvent un adulte plus responsable

Juliette Gour 14 juin 2022

Le petit dernier, c'est souvent le centre de toutes les attentions : le premier a déjà fait ses preuves, celui (ou ceux du milieu) sont souvent plus effacés et le petit dernier, lui, est parfois un peu plus couvé. Pourtant, il semblerait qu'il soit destiné à devenir un adulte plus responsable...

Qui l'aurait cru ? Votre petit frère a bien grandi et il ne reste pas grand-chose du lutin en couche-culotte qui est venu chambouler votre vie. Aujourd'hui, c'est devenu un adulte qui épate tout le monde et qui prouve, au quotidien, qu'il maîtrise clairement sa vie. 

Mais cette réussite est sûrement liée au fait qu'il vous a eu vous (et vos autres frères et sœurs) comme exemple. Pourquoi ? Parce qu'en observant les grands, les petits derniers des familles se construisent des bases solides qui leur permettent d'affronter avec plus de sérénité les challenges du quotidien, et ce, même si vos parents ont eu tendance à légèrement trop le couver. 

Voici la preuve par 6 qu'être le petit dernier d'une famille, c'est finalement super parce que ça aide à devenir un adulte plus responsable et épanoui. 

Enjoy, 

Les Éclaireuses

 

1) Ils gagnent plus facilement en maturité puisqu'ils ont grandi avec des aînés

L'apprentissage par l'observation, c'est la clé de l'évolution. C'est souvent par mimétismes que les enfants prennent des habitudes. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'on considère que les petits derniers gagnent plus rapidement en maturité : ils ont le temps d'observer leurs grands frères ou grandes sœurs et ont accès à certaines choses plus rapidement. Ils sont aussi plus enclins à fréquenter les amis des aînés et, par la force des choses, en étant habitués à être avec des personnes plus âgées, les petits derniers évoluent plus rapidement. Cette évolution rapide leur permet de passer certaines étapes clés plus rapidement et d'entamer leur vie d'adulte avec plus de recul. Ils ont également le privilège d'avoir des frères et sœurs pour les guider et les conseiller.

 

2) Ils sont habitués à faire avec ce qu'ils ont

La "malédiction" des petits derniers, c'est que bien souvent, ils héritent des affaires des aînés : vêtements, jouets, livres... La seconde main, c'est un peu la philosophie des benjamins d'une fratrie. Et si cela peut parfois créer quelques petites frustrations lorsque l'on est enfant, arrivé à l'âge adulte, cela permet d'enraciner l'idée que le neuf, ce n'est pas forcément une nécessité. Ainsi, les petits derniers (même s'ils se font plaisir de temps en temps) ont plus de facilité à acheter des objets ou des vêtements d'occasion. C'est bon pour la planète et pour le portefeuille.

3) Généralement, ils n'ont pas de problème d'ego surdimensionné

Sauf dans les familles où le petit dernier est vu comme la huitième merveille du monde, être le petit dernier, c'est passer après des aînés qui ont déjà fait des choses (et peut-être même leurs preuves). Sans pour autant avoir la même pression qui pèse sur les aînés d'une fratrie, le petit dernier devra ravaler sa fierté pour prouver que lui aussi est capable d'accomplir des choses. Cela passe par l'apprentissage de l'abnégation et du sens de la responsabilité, deux qualités essentielles lorsque l'on entre dans l'âge adulte et la vie professionnelle.

 

4) Ils ont conscience de l'importance de partager

Cette qualité, elle est valable pour toutes les personnes qui ont grandi avec des frères et sœurs. Lorsque l’on grandit dans une fratrie, on apprend très rapidement l'importance du partage et de la vie en communauté. Ces deux points sont un vrai atout lorsque l'on est adulte, car ils permettent d'apprendre la générosité et l'importance du compromis.

 

5) Ce sont généralement de bons observateurs

Lorsque l'on est le petit dernier, on est souvent devant les aînés. Passer du temps avec les grands pour les observer est, non seulement, une source de richesse, mais c'est également un apprentissage permanent. Pas seulement au niveau des comportements, mais plus généralement dans le fait même d'observer et d'écouter. Un enfant qui a appris à observer devient généralement un adulte qui sait tirer les bénéfices des informations qu'il a pu glaner en regardant avec attention un auditoire. Il n'y a pas de secret, c'est en observant que l'on fait souvent des découvertes importantes et cela aide au quotidien (surtout dans le milieu professionnel).

 

6) Ils sont à l'aise avec les gens

Le fait de grandir avec des aînés et de fréquenter des gens d'âges différents, ça permet d'apprendre l'adaptabilité, mais, surtout, ça aide à prendre conscience que l'on peut très bien s'entendre avec des gens qui, sur le papier, paraissent bien différents. Cette richesse de rencontres les aide à forger une personnalité ouverte et positive qui les suivra jusqu'au bout de leur vie. C'est d'ailleurs bien souvent d'une grande aide : en véritable caméléon, ils se sentent à l'aise partout et peuvent toujours faire des rencontres intéressantes.

 

 

 

Tags : enfant, famille

Vous aimerez aussi

Top de Grossesse & Parentalité

Sur le même sujet

De la même auteure

Prête à être
éclairée ?

Recevez la dose d'inspiration
qui change la donne !