En 2021, l'OMS tirait la sonnette d'alarme. Dans un vaste rapport, l'Organisation mondiale de la santé avertissait sur l'augmentation exponentielle des enfants en situation de surpoids. Aujourd'hui, on considère qu'un enfant sur trois (entre 6 et 9 ans) est en surcharge pondérale. Les raisons de cette augmentation massive du surpoids chez les enfants ? L'alimentation, évidemment, mais également la sédentarité. Les enfants se dépensent moins et, surtout, mangent moins bien qu'avant.

S'il est évident que la crise du COVID a également eu un impact sur le poids de nos chères têtes blondes, elle n'a, en réalité, fait qu'intensifier des facteurs qui étaient déjà bien présents. En 40 ans, nous avons perdu les bonnes habitudes alimentaires, favorisant les produits transformés, par manque de temps ou par souci économique. Et si l'OMS préconise certains comportements et politiques à adopter (des conseils efficaces dès qu'ils sont appliqués), il y a d'autres réflexes, plus globaux, à mettre en place au sein des familles pour éviter aux enfants de se retrouver en situation de surpoids. Ces réflexes, ils commencent au moment de la diversification alimentaire. 

L'alimentation des bébés n'est pas à prendre à la légère, car c'est cette alimentation qui leur permet un développement sain et qui va poser les bases de leur goût dans les années qui suivent. Aussi, il est également important d'adapter l'alimentation et la diversification en fonction de la situation de l'enfant. Les enfants allaités, par exemple, n'ont besoin (dans les 6 premiers mois) que du lait de leur mère (qui contient tout ce dont ils ont besoin). Pour les enfants nourris au lait pour bébé, il est important, dès le début, de créer des préparations enrichies en certaines vitamines (surtout si l'alimentation est faite avec des laits végétaux).

L'étape du lait n'est que la première d'une longue série qui, si elle est faite dans les règles de l'art, permettra aux enfants de grandir aussi sainement que possible. Mais pour ça, il faut porter son attention sur quelques points clés. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

L'introduction d'aliments solides, une étape cruciale

Bien qu'il existe de nombreuses façons d'introduire des aliments solides dans l'alimentation de bébé, il y a certains points clés essentiels à respecter pour être sûr que votre enfant ait les apports nécessaires à son évolution. S'il est évident que l'alimentation est directement influencée par l'environnement et les habitudes familiales, les besoins des enfants restent les mêmes et l'alimentation doit répondre à ses besoins.

Idéalement, il faut commencer par des aliments qui contiennent du fer, qui est essentiel pour le bon développement du bébé. Viande, volaille, poisson, tofu, haricots secs, pois, lentilles... Tous ces aliments sont parfaits pour répondre à ce besoin (tout comme les différentes céréales). 

Venez, petit à petit, apporter toujours plus de variété dans l'alimentation de votre enfant. À l'aide des aliments, mais pas seulement. Les textures sont également importantes pour permettre à votre enfant de faire son palais et pour l'aider à s'habituer aux différentes formes des aliments.

La question des quantités : une question centrale

Ce qu'il faut comprendre, c'est que ce sont les parents qui sont maîtres de l'alimentation des enfants. C'est une mission difficile, car elle définit souvent la façon dont les enfants vont potentiellement s'alimenter tout au long de leur vie et cela dépend de nombreux facteurs. Les quantités, par exemple, doivent être maîtrisées pour permettre à l'enfant de comprendre le sentiment de satiété. Et si par amour nous avons tendance à vouloir nourrir nos enfants plus que de raison, ce n'est pas leur rendre service. 

Ainsi, il est essentiel de veiller aux quantités mangées par nos enfants. Présentez les aliments en petite portion (1 à 2 cuillères à café, pas plus). Vous pouvez présenter plusieurs aliments par repas pour habituer votre enfant aux nouveaux goûts et aux nouvelles textures. Gardez à l'esprit qu'un enfant qui a faim est un enfant qui ouvre la bouche et qui accepte de manger.

Toujours dans l'idée d'apprendre à l'enfant le sentiment de satiété, on évite de détourner l'attention du baby à l'aide de jeux ou de produits sucrés pour le pousser à manger. Un enfant ne se laissera jamais mourir de faim.

Cuisiner soi-même ou miser sur les pots pour bébé ? 

Sur cette question, deux clans s'affrontent. On a les "pro-cuisine maison" et les "pro-pots préparés". En réalité, il est tout à fait possible d'allier les deux, car il existe des marques qui ont pensé leurs produits de la façon la plus saine possible pour ne proposer que le meilleur aux enfants. Ces marques répondent à un cahier des charges très précis, qui répond exactement aux besoins de nos petites têtes blondes.

Il faut essayer de dissocier aliment transformé et produits vendus en grandes surfaces, car s'il est évident que dans les supermarchés, on trouve beaucoup de produits (trop) transformés, certaines marques s'évertuent tout de même à commercialiser des produits sourcés, qui respectent la nature et la saisonnalité.

L'exemple le plus probant (pour l'alimentation des enfants) est celui de Blédina qui s'efforce de créer de bons produits, pour les enfants et pour la nature. Mieux, la marque s'est même donné pour mission d'éduquer les enfants au goût de la nature et du bon produit grâce à une initiative appelée "La cueillette des curieux", qui n'est ni plus ni moins qu'une rencontre entre les enfants et les agriculteurs qui produisent les légumes présents dans les petits pots. 

Parce que finalement, il est là le secret de la bonne santé de nos enfants : leur donner le goût du bien manger (et des produits de qualité) avant même qu'ils sachent parler, pour en faire des adultes qui ne cèdent pas aux sirènes de l'alimentation facile, qui est certes bonne au goût, mais pas toujours bonne pour la santé.