Vendredi, 17h30, vous avez un date ce soir à 21h, mais vous êtes dans l'incapacité la plus totale de trouver LA bonne adresse pour passer une soirée inoubliable. Vous manquez cruellement d'idées... Et vous n'avez pas franchement envie que la soirée se termine (en eau de boudin) dans le fast-food du coin. Qu'à cela ne tienne, à tout problème, sa solution.

De joyeux estomacs sur pattes et autres épicuriens du quotidien ont accepté de se sacrifier pour tester toutes les bonnes adresses de la capitale, mais aussi de France et de Navarre. Le but ? Vous aider à ne plus jamais tomber en panne d'inspiration en vous fournissant, régulièrement, des adresses pas piquées des hannetons qui vous feront voyager, au gré des assiettes, tantôt en Asie, tantôt à travers les terres chaudes d'Italie ou encore dans les plus belles régions de France.

Attachez vos ceintures et nouez votre serviette autour de votre cou, on vous emmène avec nous dans une excursion des sens que vous n'êtes pas près d'oublier. Aujourd'hui, on vous embarque pour une odyssée très agitée chez Barbot, un pur produit marin signé Les Maquereaux.

Enjoy,

Les Éclaireuses

Un décor comme on l'aime

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Barbot (@barbotparis)

Rien que le cadre a conquis notre cœur. On est au 47, avenue Trudaine, dans le neuvième arrondissement de Paris. On sent la folie de Pigalle, agréablement mélangée à la douceur de Montmartre. Le quartier vit, et ce, à n'importe quelle heure de la journée - et de la nuit ! Nous, on y a été pour l'apéro. Mais du matin au soir, il fait bon vivre au Barbot. Ici, ça bouge, ça chante, ça danse. Et dans toute cette agitation, une terrasse attire particulièrement notre attention. Elle crie "after work" et "good vibes". Mais l'extérieur n'est pas une fin en soi. Si on préfère voyager en cabine, le restaurant nous offre une magnifique salle intérieure décorée de mobilier chiné - ça nous a totalement fait craquer ! Larguez les amarres, la traversée promet d'être riche en goûts et émotions.

Des produits frais d'exception

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Barbot (@barbotparis)

Ici, tout se partage. Ou pas, d'ailleurs. Des entrées aux plats, en passant par "les écaillés", on commande, on se sert, on teste... Et on se ressert. Et on y va sans aucune modération : c'est fait pour. Amateurs et amatrices de fonds marins, vous n'allez pas être déçus de la croisière. Huîtres, crevettes, bulots, saumon fumé... On ne sait plus où donner de la tête. Impossible de faire un choix : le tarama nous fait de l'œil, et les Saint-Jacques snackées, elles, du rentre-dedans. Impossible de garder de la place pour le plat... Mais on ne s'en prive pas pour autant. En même temps, qui dirait non à des moules-frites ? Certainement pas nous. C'était sans compter sur le poulpe, bien grillé, fin prêt à être dégusté. Le tout, accompagné de vins - ou gin, pour les plus ambitieux - de qualité. Un véritable arc-en-ciel de saveurs pour un camaïeu de produits de la mer.

Et si on n'a pas la tête aux fruits de mer ?

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Barbot (@barbotparis)

 
On le sait : les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Les fruits de mer et les poissons, n'en déplaise à certains, ça ne plaît pas à tout le monde. C'est pour cela que Barbot ne fait pas de discrimination. OUI, vous pouvez y aller déjeuner, prendre l'apéro, dîner avec vos amis, vos collègues ou la famille même si ceux-ci souhaitent se partager un plateau de crustacés et que vous n'êtes pas du même avis. Œufs, poulet, ou encore bol de légumes de saison... Personne n'est laissé pour compte.
 
Et même si, au cours de cette odyssée, chacun est libre de vivre sa propre expérience, au dessert, tout le monde s'accorde les voiliers. Fromage(s) du moment, carrot cake et ganache chocolat, cette fois, on croise les cuillères et les goûts. Et pour le coup, ça se discute : on questionne. On échange. On apprécie le moment.
 
 
 
 

 

Tags : news food, food et réseaux sociaux, Restaurant