Girl Boss spotted !

"Je le vaux bien", "je suis belle", "je peux le faire", "je me sens bien", "rien ne m'arrête", "je suis douée", "je crois en moi", "j'aime mon corps"...

Voilà les mini-déclarations d'amour de vous à vous-même que vous méritez d'entendre pour réveiller la Girl Boss qui sommeille en vous. Le temps des doutes est révolu, jamais plus la pression des standards n’étouffera votre confiance en vous : pinky swear !

Notre corps a besoin d'amour, de bisous, de câlins tous les jours... et de mots doux ! Il nous aime certainement bien plus que n'importe qui. Qui d'autre ferait tout ce qu'il fait pour nous ? Il n'est pas parfait, mais il est unique et c'est justement ce qui le rend beau. Soyons réalistes, si la perfection était à notre portée, ne perdrait-elle pas toute sa valeur ?

Ladies and gentlemen, nous avons une grande nouvelle. Notre radar à Girl Boss s’est fortement activé en France et a repéré Kenza.

À l'âge de 2 ans, elle s'est fait renverser par une voiture et à la suite de ce malheureux accident, elle est devenue tétraplégique incomplète. C'est-à-dire ? Elle peut utiliser ses bras, mais elle bouge très difficilement ses doigts.

Pour autant, cette jeune femme courageuse n'a jamais eu le sentiment d'être différente des autres, jusqu'à ce qu'elle quitte son Alsace natale pour Montpellier dans le but d'obtenir son bachelor.

Kenza, c'est la jeune fille belle et forte qui fait de son handicap une force : elle multiplie les vidéos sur son compte TikTok de situations dans lesquelles elle est parfois dépourvue à cause de son fauteuil roulant, mais sans surprise, elle trouve toujours la solution pour vivre une vie (presque) normale. Astuces make-up, vacances, sorties ! Toutes les occasions sont bonnes pour montrer la réelle difficulté de s'adapter dans une société où malheureusement le handicap n'est pas encore évident partout et pour tous.

Son but : donner confiance aux personnes à mobilité réduite et leur prouver qu'elles aussi ont droit à leur happy end comme tout le monde !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Son combat : l'inaccessibilité de certains lieux aux personnes à mobilité réduite

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Kenza (@withmywheels)

"Les plages, c'est nouveau pour moi, avant j'y allais une fois par an pendant l'été, aujourd'hui, je peux y aller facilement", explique-t-elle. Mais rapidement, un problème est survenu : le manque d'accessibilité des plages pour les personnes en fauteuil roulant. "Je me contente clairement du minimum, et j'en ai marre", dit Kenza.

Pour montrer qu'aller à la plage quand on a un fauteuil roulant n'est pas une partie de plaisir, Kenza a publié une vidéo sur son compte TikTok où elle filme l'une des plages de la Grande-Motte complètement inaccessible !

"Je voulais aller sur le sable et je vois qu'il n'y a que des escaliers. Donc je me déplace un peu plus loin et je vois enfin une pente, mais il n'y a aucun tapis et aucun caillebotis sur la plage pour que les fauteuils puissent rouler." Ailleurs, elle aperçoit une paillote et un tapis qui y permet d'y accéder, "mais pour y aller, il faut descendre des marches", se désole l'étudiante.

2. "C'est un combat qui sera dur" mais nécessaire !

@withmywheels Je n’ai aucune haine contre qui que ce soit. Cêtre vidéo a pour but de sensibiliser mais aussi de pouvoir vous montrer mon quotidien😘 #handicap #pmr #tetraplegie #tiktokfrance #accessibilité #montpellier #viral #pourtoi #fauteuilroulant #fypシ #coupdegueule #dayinmylife #tiktokacademie #lagrandemotte ♬ So Cold - M.I.R

Après avoir publié cette vidéo, Kenza a reçu une vague de témoignages de personnes dans la même situation qu'elle. "Elles disaient ne plus avoir la force de se battre, elles acceptent. Mais moi, je n'ai pas envie !" insiste la jeune femme.

Et si encore il n'y avait que la plage ! Ce sont les espaces publics en général qui sont inaccessibles. "Comment vas-tu accepter ton handicap si, à côté, tu n’as rien pour te divertir ou faire les courses sans te prendre la tête?” s’interroge-t-elle. Et elle n'a pas tort.

Kenza utilise les réseaux sociaux pour raconter le handicap tel qu'il est, sans tabou. "Je veux montrer que ça ne va pas. Ça peut aider des gens, mais surtout en informer. C’est un sujet qui n’est pas assez élaboré en France, à mon goût, alors que ça peut vraiment changer notre quotidien." 

Plus que déterminée à utiliser sa voix pour faire bouger les choses, Kenza est prête à se lancer dans un combat qui, selon elle, sera dur. Force et courage ! 

 

Tags : beauté, BodyGlory, Handicap