La célèbre réalisatrice Maïwenn a réalisé un film choc pour la Fondation 30 millions d'amis, dans le cadre d'une campagne contre l'abandon des animaux, qui dépeint le procès d’un chien pour dénoncer l’euthanasie.

Un chien prend place au tribunal et le juge prononce ces paroles : « Il vous a été reproché d’avoir été fidèle à votre famille pendant sept ans  (...). La cour vous condamne à la peine de mort ».

Postée lundi sur Youtube, cette courte vidéo, signée par la réalisatrice de Polisse, Mon Roi et Le Bal des actrices, s'achève sur ces mots : « En France, la peine de mort n'existe plus sauf pour les innocents ».

« Avec le confinement et la crise sanitaire, les adoptions ont ralenti dans les refuges. Surchargés, ils ne peuvent pas toujours recueillir les animaux abandonnés retrouvés par la fourrière » écrit 30 millions d’amis dans un communiqué.

Faute de place, « les animaux amenés en fourrière et non réclamés par leur maître à l’issue du délai légal de garde de huit jours risquent la mort », rappelle la Fondation.

Pour Reha Hutin, sa présidente, « tout le talent de Maïwenn a été de traduire en film, de façon allégorique, cette réalité dramatique qui conduit à la mort des milliers d’innocents, toute l’année et pas seulement pendant les vacances ».

Les défenseurs des animaux estiment que la lutte contre l'abandon doit notamment passer par « l'interdiction de la vente d'animaux de compagnie dans les animaleries et par petites annonces ». « Chaque abandon est, dans la majorité des cas, la résultante d'une mauvaise acquisition ou d'un acte irréfléchi », juge Reha Hutin.

« Acheté sur un coup de coeur, derrière la vitrine d’une animalerie ou en quelques clics sur le web, le chien ou le chat risque de se retrouver abandonné quelques semaines plus tard, devenu trop encombrant ».

Pour venir en aide aux refuges saturés, la Fondation livrera mardi deux millions de repas à 131 refuges en difficulté financière à l'occasion de son opération « Agir pour l'adoption ».

Les Éclaireuses