C'est officiel : être une peste fait vivre plus longtemps.

Votre très chère collègue qui n'a aucune vie sociale et passe son temps à parler de celle des autres vivra donc plus longtemps que vous. Désolées, la science l'a prouvé...

Selon le professeur de psychologie Robin Dunbar, de l'Université d'Oxford, les commérages permettraient, à petite dose, d'entretenir un réseau amical. Or, ce réseau aurait "un énorme effet sur le bonheur et le bien-être", et qui dit bien-être dit meilleure santé, et donc plus grande espérance de vie.

Vous l'aurez compris, entourez vous de copines hypocrites qui, un jour, feront de vous le sujet de leurs commérages, comme au lycée ! Ça donne tout de suite envie de vivre moins longtemps, n'est-ce pas ?

Rien de mieux que de vivre heureuses sans problème avec des amies qui nous poussent vers le haut et avec qui on peut avoir de vrais sujets de conversation, même si on vit moins longtemps. Vous ne pensez pas ?

Les ragots sont en réalité des "sujets socialement pertinents". Apparemment, le commérage n'est pas forcément mauvais. Il arrive bien souvent de commérer pour s'inquiéter à plusieurs de l'absence de réponse d'une amie ou encore la triste mine d'un collègue.

Sinon, une solution beaucoup plus simple est proposée : envoyer un petit sms ou appeler la personne en question. Comme ça, aucune peine n'est infligée à personne. On est bientôt en 2020, il serait temps de laisser toute la négativité derrière nous et de se focaliser sur nous et nos projets.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

via GIPHY-