C’est une décision qui fait grincer des dents la grande distribution. Dès mardi, les grandes surfaces seront contraintes de fermer l’accès à certains rayons. Cette mesure, assez inédite, fait écho à la vague de contestations née chez les petits commerçants à la suite des annonces du nouveau confinement. La cause de ce mécontentement : l’obligation pour les commerçants indépendants de stopper totalement leur activité, alors que certaines grandes surfaces, ayant des rayons dédiés aux mêmes typologies de produits, ne sont pas concernées par l’interdiction. Certains élus avaient, dans un souci de justice, donné l’autorisation par arrêté municipal de maintenir certains commerces de proximité ouverts, autorisations lourdement contestées par le gouvernement. 

Il a donc été décrété, dans les plus hautes sphères de l’État, que les grandes surfaces seraient contraintes de fermer l’accès à certains rayons pour ne se concentrer que sur la vente de produits alimentaires. Pour les têtes pensantes de la grande distribution, cette mesure est considérée comme « une décision absurde » et « un casse-tête impensable à mettre en place ». 

Ainsi, les rayons concernés par cette fermeture exceptionnelle sont : 
- Les rayons de produits culturels
- Les jouets
- L’habillement
- La bijouterie
- La décoration et les arts de la table
- L’électroménager
- Les fleurs

Évidemment, seuls les points de vente physiques sont concernés par cette mesure, les géants de l’internet comme Amazon ou C Discount vont pouvoir continuer leur activité sans encombre. 

Mais il y a un espoir au bout du tunnel. Le gouvernement se dit favorable, selon l’évolution de l’épidémie, à un assouplissement des mesures qui permettraient une réouverture progressive des commerces considérés comme « non-essentiels » à compter du 12 novembre. 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement