Le vendredi 24 juin 2022 restera gravé dans la mémoire des Américains et des Américaines et même du monde entier... La Cour suprême américaine a révoqué le droit à l'avortement.

Chaque État des États-Unis peut alors décider d'abolir le droit à l'avortement ou de le garder. Et depuis ce coup de tonnerre, le prix de la pilule du lendemain a considérablement augmenté.

Le prix de la pilule du lendemain a augmenté

C'est seulement quelques heures après le verdict sur le droit à l'avortement aux États-Unis que le prix de la pilule du lendemain a augmenté. Et le pays craint jusqu'à une rupture de stock totale.

Le prix de la pilule du lendemain était à 10$ avant la décision de la Cour suprême vendredi 24... Mais le prix a augmenté et est passé à 50$ la pilule ! Un coût considérable et presque impossible à payer pour certaines femmes du pays.

Même sur la plateforme Amazon, le prix était à 9,99$ et monte à 47$... Et en plus du prix exubérant, les délais de livraison se sont allongés.

La pilule du lendemain, la bouée de sauvetage des plus démunies

De l'autre côté de l'Atlantique, la pilule du lendemain aide à prévenir le risque d'une grossesse si ce médicament est pris jusqu'à 3 jours après un rapport non ou mal protégé. Cette pilule est également disponible sur Internet.

Mais depuis le verdict de la Cour suprême ce vendredi, ces sites qui vendaient cette pilule étaient déjà en rupture de stock le jour même, d'après le journal 'Wall Street Journal'.

La pilule du lendemain est tout de même disponible sans une ordonnance en rayon des pharmacies et des supermarchés.

Certaines Américaines avaient alors prévu le coup en achetant plusieurs pilules pour avoir un petit stock chez elles, mais des internautes ont prévenu sur les pilules qui périment... Et les prix ont donc augmenté grâce à ces réserves.

Les États-Unis doivent maintenant faire face à la précarité après le verdict...

Après ce verdict, ce sont d'abord les personnes les plus démunies qui en subissent le prix... En effet, les personnes les plus vulnérables, que ce soit en précarité financière, sociale ou encore issue de minorités, devront faire plusieurs milliers de kilomètres pour avoir le droit d'avorter. Il y a alors des frais supplémentaires pour ces familles en plus du choix difficile des femmes...

Les Éclaireuses

 

Tags : News Société