Les vaccins nous ont-ils finalement servi à lutter contre la propagation et les formes graves de Covid-19 ? Une étude française, menée par l'Université de Montpellier et le CHU de Nîmes, démontre l'efficacité notoire de la vaccination et l'impact qu'elle a eu sur les admissions en réanimations et les décès. Cette étude, publiée le 28 août, présente une analyse globale de l'effet de la vaccination à l'échelle de la population. 

Une étude qui met en lumière l'efficacité vaccinale 

Pour réaliser l'étude et trouver les résultats les plus réalistes, les chercheurs se sont penchés sur le nombre de cas graves et les décès comptabilisés dans plusieurs pays du monde. Ils se sont rendu compte, au fil de leurs analyses, qu'il y avait une réelle différence entre les admissions en réanimations sur les populations vaccinées (à au moins 30%) et les populations non vaccinées. Le taux de létalité du Covid-19 tend à diminuer au fur et à mesure de l'augmentation des vaccinations sur le territoire (en moyenne, il diminue de 12,5% tous les 10% de vaccinations supplémentaires).

La France, figure d'exemple de la vaccination ? 

Si la campagne vaccinale française a mis du temps à démarrer, il semblerait qu'aujourd'hui, la machine soit lancée et que plus rien ne puisse arrêter l'avancée de la couverture vaccinale sur le pays. Les chercheurs considèrent que depuis le début de la campagne vaccinale, le 27 décembre 2020, les admissions en soin intensif ont réduit de 46% et les décès ont baissé de 57%. À date, les chercheurs considèrent que près de 47.400 décès ont été évités. En décembre 2021, avec l'avancée de la vaccination, ce sont près de 78.700 vies qui auront été épargnées grâce à la vaccination.

Aujourd'hui en France, 83,7% de la population éligible à la vaccination a au moins reçu une dose de vaccin (Covid Tracker). 

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : covid, News, News Bien-Être