Dès aujourd'hui, les tests salivaires seront mis en place dans les écoles pour s'assurer de la bonne santé des enfants et du personnel des établissements scolaires. Jean Castex a fixé un objectif de 200.000 tests par semaine. La mise en place des tests se fera progressivement, d'abord zone par zone, au fil des retours des vacances. 

Des tests pour faciliter le dépistage du Covid-19

Si certains enfants (et adultes) pouvaient être rebutés par le test nasopharyngé, le test salivaire devrait permettre de tester les élèves avec plus de facilité (et moins de larmes). Dès cette semaine, près de 50.000 tests seront effectués dans les établissements de la zone A. Fiable à 85%, ce nouveau test fonctionne exactement comme les tests PCR, si ce n'est que l'écouvillon ne rentre plus dans le nez. 

Dès leur arrivée à l'école, les élèves ayant un accord écrit par leurs parents seront testés. Ils n'auront qu'à cracher un peu de leur salive dans le flacon de test. L'échantillon sera ensuite envoyé en laboratoire pour être testé. Les résultats seront disponibles au bout de quelques heures. Bien que légèrement moins efficace qu'un PCR, il n'en reste pas moi pertinent pour effectuer un nombre plus élevé de tests. 

 

 

Le but n'est pas de faire un dépistage massif

Non, l'ensemble des enfants ne sera pas testé, seulement ceux ayant une autorisation parentale. Au-delà de cette nécessité de validation par les parents, le but n'est pas tant de tester chaque élève du territoire, mais de faciliter le test quand il est nécessaire. La priorité est mise sur les élèves de maternelle et de primaire. L'objectif est de limiter les contaminations dans les écoles au retour de vacances. 

Les Éclaireuses