Vous aussi, vous avez l'impression d'être perdu dans un nuage de nouveaux termes plus barbares les uns que les autres ? Ne vous en faites pas, vous n'êtes pas les seuls. Entre les cryptomonnaies, la blockchain, les NFT, le metaverse... On ne sait plus vraiment où donner de la tête. D'ailleurs, personne n'est capable de dire, aujourd'hui, si ces nouveaux concepts liés au digital sont l'avenir ou non. Mais, dans le doute, il vaut mieux se pencher sur la question pour comprendre, dans la globalité, de quoi il est question lorsque l'on parle de crypto ou de NFT. 

Au pire des cas, ça vous permettra de crâner au prochain dîner mondain, au mieux, vous ferez partie de ceux qui ont senti le vent tourner et qui ont compris que l'avenir ressemblait à une ligne de code. 

On vous explique (le plus simplement du monde) le concept de NFT.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

Un NFT : une définition simple

Du point de vue de la définition, un NFT signifie "non-fungible Token" en anglais. Si on devait trouver une traduction en français, on dirait "jeton non fongible", soit quelque chose qui ne peut pas être remplacé. C'est l'un des fondements du NFT, le produit a été pensé pour que chaque création soit unique et identifiable. 

À l'origine, le NFT a été pensé pour court-circuiter le principe des copies numériques. Internet étant une immense base de données ouverte, bon nombre d'artistes et autres créateurs de la vie réelle ont vu leurs œuvres numériquement copiées et ils étaient dans l'incapacité de déclarer la paternité de l'œuvre numérique. Le NFT est venu combler ce trou et a permis aux créateurs (de contenus ou d'œuvres physiques) d'apposer un contrat défini par un code informatique sur des créations qui leur appartiennent.

Ainsi, les NFT peuvent être créés en séries limitées, faire l'objet de rééditions et, surtout, sont devenus des outils de spéculation. Mais en somme, ce sont plus ou moins les règles de l'art physique qui s'appliquent à l'art numérique. Si les créations physiques font déjà l'objet de spéculations financières et office d'investissements lucratifs, l'art digital a lui aussi suivi un chemin tout tracé. La seule différence, c'est le côté immatériel et le fait que les NFT soient issus de l'évolution du monde numérique, les personnes qui ne sont pas forcément sensibles à cet univers ont donc du mal à comprendre l'euphorie générale qu'il y a autour des pixels. 

Tout comme les cryptomonnaies, les NFT s'intègrent dans la blockchain, qui est un répertoire numérique, partagé et sans autorité centrale. C'est peut-être cet aspect qui est le plus intriguant, s'il y a des lois sur le net, toutes ces nouvelles composantes de notre quotidien ne sont régies par aucune législation et chacun est libre de créer sa crypto ou son lot de NFT. 

 

Concrètement, comment ça fonctionne ? 

À l'instar des cryptomonnaies, tout le monde a la possibilité d'investir dans les NFT. Pour cela, il suffit de se rendre sur des plateformes spécialisées qui vous proposent d'investir en crypto (type Bitcoin ou Ether). L'achat ne découle pas sur une propriété physique et palpable. En revanche, l'acheteur devient l'heureux propriétaire d'un certificat d'authenticité qui est enregistré dans la blockchain. Aux yeux du système, cette personne devient le nouveau détenteur d'une ligne de code associée à un NFT (ça peut être une image numérique, un tweet, un sac Hermès... Les déclinaisons sont infinies). 

Attention, afin de faire l'acquisition d'un NFT, il est nécessaire d'avoir, au préalable, un portefeuille numérique. Ce n'est, ni plus ni moins, qu'un logiciel qui fait office de base de données qui vous permettra de stocker tous vos achats liés à la blockchain.

Il est également possible, pour les plus aguerris d'entre nous, de créer soi-même ses NFT et de les mettre à la vente. C'est ça qui est magique avec le digital, c'est que, du jour au lendemain, sur un heureux hasard, on peut devenir un créateur de NFT star qui brasse des dizaines de milliers de Bitcoins. 

 

Les risques liés aux NFT

Aussi merveilleux soit-il, le monde du digital n'est pas à l'abri des risques et des arnaques. En amont, l'achat de NFT demande un minimum d'investissement, ce qui constitue déjà un risque en soi. S'il est en vogue d'acheter de la cryptomonnaie, ces nouvelles ressources sont très sensibles aux fluctuations et connaissent des pics de valeur énormes et des chutes fulgurantes (l'apposition d'une législation claire sur les crypto aura également un fort impact sur leur valeur et les gouvernements du monde entier devraient se pencher sur la question en 2022).

La première étape de l'acquisition de NFT est, finalement, déjà risquée, car elle nécessite un investissement en cryptomonnaies. Seconde étape, avoir du flair et investir dans le bon NFT, celui dont la valeur va réellement exploser. Comme pour l'investissement boursier, ce n'est pas une science exacte et les bulles spéculatives sont aussi possibles dans les méandres du web. 

En investissant dans un NFT, vous n'êtes pas à l'abri d'investir dans un drop destiné à faire de l'argent qui perdra toute sa valeur en un claquement de doigts. C'est pour cette raison qu'il vaut mieux bien s'informer en amont et ne pas investir à l'aveugle, car, si un petit groupe de créateurs ont fait des millions avec les premiers NFT, vous n'êtes pas à l'abri de tomber sur des personnes attirées par le gain, qui seront prêtes à tout pour vous plumer

 

 

 

 

Tags : news technologie