Ce n’est un secret pour personne, être une femme, c’est aussi devoir engager des frais tous les mois pour des protections hygiéniques. Un coût mensuel qui, à la longue, revient à une véritable fortune.  

Pourtant essentielles à notre santé et à notre hygiène, la gratuité des protections périodiques fait beaucoup débat car, malheureusement, certaines femmes ou étudiantes n’ont pas les moyens nécessaires pour s’en acheter tous les mois.

Le 28 mai, à l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène menstruelle, quatre secrétaires d’État, Marlène Schiappa, Brune Poirson, Christelle Dubos et Agnès Pannier-Runacher, ont publié une tribune pour alerter sur les tabous liés aux règles mais aussi sur les précarités menstruelles.

Dès septembre, des protections hygiéniques seront distribuées ou mises à disposition des femmes précaires dans des épiceries sociales, accueils de jour, foyers et centres d’hébergement, établissements d’incarcération mais aussi établissements du second degré et universités, et ce de manière gratuite. D’après les quatre secrétaires d’État, un million d’euros seront donc débloqués.

« Il n'est pas acceptable que des femmes en situation de précarité arbitrent entre un paquet de pâtes et des protections, il n'est pas acceptable que des jeunes filles fassent mine d'avoir oublié des serviettes chez elles pour s'en procurer ailleurs », ont-elles annoncé. « Les règles, c’est naturel. Ne pas pouvoir se procurer des protections, non ».

Une très bonne nouvelle ! 

Enjoy, 

Les Éclaireuses 

 

Tags : règles, News divertissement